CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Financement: pensez au prêt étudiant ou au prêt personnel

Financement: pensez au prêt étudiant ou au prêt personnel

Stéphanie Guzman | 05/07/2016

Vous avez fait le tour des aides, bourses et avez même sollicité votre caisse retraite ( voir notre article )… et votre plan de financement n’est toujours pas bouclé ? Le prêt bancaire peut être une solution.

Emprunter pour se former et essayer de donner un coup d’accélérateur à sa carrière s’avère dans certains cas un bon calcul sachant que les taux d’intérêts sont plutôt faibles en ce moment.  Certes, emprunter comporte toujours un risque mais si la formation choisie est reconnue ou vous permet à coup sur de retrouver un emploi (formation de développeur par exemple), cela peut valoir le coup d’essayer. A déconseiller tout de même si vous n’avez pas fini de régler un éventuel prêt lié à votre formation initiale.

Opter pour l’emprunt comme mode de financement présente plusieurs avantages.

Le premier est que votre banque sera dans certains cas plus rapide à vous répondre que votre employeur ou certains OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé). Le deuxième est que, lorsqu’on a payé soi-même sa formation, on est naturellement plus enclin à aller jusqu’au bout celle-ci et à en tirer le meilleur parti possible.

CursusPro a interrogé les principales banques afin d’en savoir plus sur les conditions d’obtention d’un prêt pour financer sa formation continue. Premier enseignement : il n’existe aujourd’hui pas encore de dispositif spécifique pour la formation continue et les offres actuelles des institutions bancaires se limitent donc au prêt étudiant classique ou au prêt personnel, chacun présentant des limites.

Crédit étudiant ou crédit personnel

La première de ces limites est l’âge. Alors que les formations longues de type Congé Individuel de Formation (et qui sont en théorie les plus couteuses), sont principalement utilisés par les plus de 30 ans, il n’existe pas de prêt spécifique pour les quadragénaires ou quinquagénaires.

Certaines banques limitent en effet le prêt étudiant aux moins de 30 ans. C’est par exemple le cas de la Caisse d’Epargne ou de la Banque Postale. En revanche, le Crédit Coopératif, la BNP, la Société Générale et le LCL nous ont indiqué ne pas avoir mis en place de limite d’âge.

Passés 30 ans, vous aurez donc le choix entre changer de banque ou négocier un prêt personnel dont les taux sont généralement moins avantageux et ils doivent être remboursés rapidement.

Montant, taux, durée et conditions 

Montants et taux d’un prêt personnel varient grandement d’une banque à l’autre.

Le montant est par exemple limité à 8 000 euros par an maximum pour le Crédit Coopératif  (soit 24 000 euros au total) mais atteint 40 000 euros pour le CIC ou le Crédit Mutuel qui, nous le soulignons, sont parmi les rares banques à mentionner le terme « reconversion professionnelle » sur leurs documentations.

De manière générale, le montant maximum du prêt est lié à la capacité de remboursement de l’emprunteur, qui sera donc évalué en fonction de votre situation actuelle et future. Votre banque ne verra sans doute pas du même œil un dossier d’emprunt en vue d’un Mastère Finance, celui d’un futur coach en entreprise souhaitant se former à l’analyse transactionnelle ou encore celui d’un(e) futur(e) fleuriste préparant un CAP.

Au niveau des taux, ils se situent autour de 2 % mais certaines écoles et universités ont négocié des accords préférentiels avec les banques permettant aux étudiants d’obtenir un taux de 1%. Comme partout, les offres promotionnelles existent. La BNP propose par exemple tout l’été 2016 un taux réduit de 0,90% TAEG fixe sur une durée maximale de 9 ans.

Des prêts à 0 % existent également dans le cadre d’accords spécifiques entre écoles et banques. Renseignez-vous auprès de votre école/université avant de faire votre demande de prêt.

La durée des prêts étudiants est généralement limitée à 120 mois. Le déblocage des fonds peut être progressif ou se faire en une seule fois.

Pour remplir votre dossier, vous aurez besoin d’un justificatif  (carte ou certificat  étudiant) et d’une caution qu’il vous faudra demander à l’un de vos proches (parents/conjoint).  Il arrive que des employeurs se portent caution même s’ils ne financent pas la formation. N’hésitez pas à les solliciter.

BPI France peut également offrir ce service puisque sur demande de l’Etat, la Banque Public d’Investissement a développé un dispositif opérationnel à compter du 1er juin 2016, permettant d’emprunter 15 000 euros sans caution ni minimum de ressources.  Mais ce programme d’aide a été conçu pour la formation initiale et il n’est pas certain qu’il puisse fonctionner pour la formation continue d’autant plus si la banque partenaire sélectionnée (elles sont au nombre de cinq) réserve son prêt étudiant au moins de 30 ans.

Dernière possibilité, le prêt personnel. Les taux se situent autour de 4,50% (assurance incluse). Emprunter 10 000 euros sur 48 mois vous coutera donc un peu plus de 900 euros.

Leurs inconvénients : ils doivent généralement être remboursés dans les 60 mois et il est compliqué de décaler la date du premier remboursement, ce que les offres de prêt étudiant proposent systématiquement.

Le conseil Cursus Pro

Le prêt entre particuliers se développe. N’hésitez pas à solliciter vos proches surtout ceux qui connaissent votre détermination et votre sérieux. Si votre projet tient la route, vous pouvez essayer de trouver dans votre entourage une petite dizaine de personnes (parents, mentors, amis, enseignants) capables de vous prêter - contre reconnaissance de dette – quelques centaines d’euros. En dessous de 760 euros, il n’est pas nécessaire pour les prêteurs de déclarer le prêt à l’administration fiscale.

Pour maximiser vos chances, proposez une meilleure rémunération que celle offerte par le Livret A. Celle-ci atteint aujourd’hui 0,75%. Si la personne dispose d’un peu de liquidités, elle aura du mal à vous dire non dans ces conditions.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire