CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Choisir sa formation en langue

Comment choisir sa formation en langue

Stéphanie Guzman | 13/02/2018

Individuel, groupe, en ligne, présentiel, il existe de multiples manières de se former en langues étrangères. Si de nombreuses entreprises proposent des cours dans le cadre de leurs plans de formation, de plus en plus de français décident spontanément d’utiliser leur Compte Personnel de Formation (CPF) pour se former sur leur temps de travail ou en dehors.

CursusPro vous livre ici quelques conseils en 3 étapes afin de choisir la formation qui vous correspond le mieux.

Etape 1 – Définir ses besoins

Il est indispensable de comprendre pourquoi vous souhaitez faire une formation en langue. Apprendre une nouvelle langue pour le plaisir ou le challenge? Préparer une reconversion professionnelle ? ce ne sont pas tout à fait les mêmes projets ni les mêmes engagements. Définissez vos objectifs avec précision. En clair, si vous souhaitez faire une remise à niveau ou si vous avez juste besoin d’un peu de préparation pour le passage d’un test BULATS/TOEIC/TOEFL, les cours collectifs sont faits pour vous - à condition toutefois d’aimer les interactions au sein d’un groupe.

Si à l’inverse, vous voulez décrocher un poste de manager en démontrant votre maitrise parfaite de l’allemand ou si vous désirez être plus à l’aise pour vos présentations commerciales en russe, alors dans ce cas, un cours individuel sera plus adapté. La règle de base est la suivante : Plus une formation est individualisée, plus elle est efficace.

Si votre besoin est urgent et qu’une formation intensive est nécessaire, optez pour des cours individuels.

L’idéal pour les cours collectifs est de trouver une école de langues à proximité du bureau en accès libre. Pour les cours individuels, on peut faire appel à un formateur qui se déplace à domicile ou sur votre lieu de travail. Pourquoi ne pas opter pour des cours de conversation pendant la pause-déjeuner comme ces cadres pressés désireux de pratiquer la langue sans alourdir un emploi du temps déjà chargé ?

Attention, qu’elle soit collective ou individuelle, pour bénéficier d‘une prise en charge via le CPF, la formation devra être certifiante, c’est à dire se terminer par le passage d’un test (BULATS,  TOEFL, TOEIC, DCL…). Ne paniquez pas, dans bien des cas, ce n’est qu’une simple formalité.

Pensez immersion !

Lorsque l’on pense « formation en langues », on n’imagine pas forcément partir à l’étranger. Toutefois l’immersion reste l’un des meilleurs moyens de progresser. Si vous avez le financement, pourquoi ne pas opter pour une formation hors de France. De nombreuses écoles de langues organisent des formations intensives sous forme de stages en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis avec cours, activités culturelles ou visites d’entreprises, parfois même en partenariat avec de prestigieuses universités. C’est certes plus cher qu’une formation classique mais plus efficace.

Si le poste que vous occupez requiert une amélioration conséquente et rapide de votre niveau en langues, tentez de négocier avec votre employeur. Vous pouvez proposer d’utiliser vos heures de CPF (ce qu’en théorie, vous n’avez pas à faire) pour la partie pédagogique et il peut prendre en charge l’hébergement et le transport.

 

 

Etape 2- S’informer

L’offre est extrêmement large surtout si vous habitez dans une grande ville. Comme dans tout secteur d’activité, il y a de bons et de moins bons prestataires.Prenez le temps de vous renseigner au préalable sur la réputation du centre de formation et/ou du formateur. Vérifiez bien que l’école ou le formateur indépendant est titulaire d’un numéro d’activité. Depuis peu, le centre de formation doit également être « datadocké », c’est à dire faire partie d’un référentiel commun « Datadock ». Si c’est le cas, vous êtes assuré(e) que votre formation sera bien prise en charge par votre OPCA (en cas d’utilisation à votre initiative de vos crédits CPF). Vous pouvez également vérifier que l’école ou le formateur dispose d’une certification (type AFNOR ou VERITAS). Cette certification n’est toutefois pas obligatoire et ne présage aucunement de la qualité de l’enseignement. N’hésitez pas à demander des références et à avoir les contacts d’anciens élèves.

 

 

Etape 3 – Négocier

Vous avez défini vos besoins et sélectionné votre centre de langues ou votre formateur indépendant, voici quelques points à valider avec de signer votre contrat.

Optez pour une formation à horaires souples avec une politique d’annulation flexible.

La durée et le rythme de la formation sont des éléments clé d’une formation réussie.

Ne vous surestimez pas si vous êtes en poste. Une réunion de dernière minute ? Une charrette au bureau ? Un enfant malade ? Vos 50 heures de formation pourraient vite se retrouver réduites à 30, surtout si l’école vous impose d’annuler au minimum 72 h avant le cours. Etudiez bien la politique de report ou d’annulation proposée par le centre de formation. Vous trouverez ces informations dans les Conditions Générales de Vente.

Une formation de 100 heures en langues, cela veut dire en théorie 2 heures par semaine pendant plus d’un an. En pratique, avec les congés, quelques absences, la formation va au final s’étaler sur 18 mois alors que beaucoup d’écoles limitent à 12 mois la durée totale de la formation.

Privilégiez si possible un enseignant de langue maternelle
Tout comme Mme Lamotte, votre professeur d’anglais de 5ème B, n’était pas née au pays de Shakespeare, de nombreux formateurs en langues ont appris la grammaire et le vocabulaire qu’ils vous enseignent dans des écoles et universités françaises. Cela ne veut pas dire qu’ils ne parlent pas bien allemand, espagnol ou italien, loin de là. Certains ont vécu longuement dans les pays en question et sont totalement bilingues.

Les écoles font normalement appel à des formateurs diplômés (TEFL ou CELTA pour l’anglais par exemple) mais leur accent peut parfois laisser à désirer. Le niveau de l’enseignant sera suffisant pour des débutants, mais peut s’avérer décevant pour des personnes au niveau de langue déjà avancé qui veulent s’imprégner en même temps de la culture du pays ou apprendre la langue des affaires.

Pensez à choisir un formateur avec des compétences dans un domaine spécifique (santé, marketing, assurance etc).

Négociez les tarifs : vous êtes un élève mais aussi un client

De nombreuses écoles vont essayer de vous vendre des forfaits très complets, des accès illimités pour les laboratoires de langues ou des formations en ligne accessibles 24h/24. Méfiez-vous du syndrome « salle de gym ». Plein d’enthousiasme et désireux de mettre en pratique votre nouvelle résolution, vous partez sur un forfait ultra-complet plutôt économique mais qui au final, vu votre disponibilité, et une fois votre motivation retombée, ne sera pas si rentable que cela.

Si votre crédit heures de Congé Personnel de Formation vous autorise 150 heures de formation, il n’est peut-être pas utile de dépenser tout votre budget sur cette formation. Pourquoi ne pas démarrer par une petite formation de 40 heures, de vérifier votre implication et de valider si l’école et/ou le formateur vous correspond.

Eh oui, vous n’êtes plus au collège… si votre formateur ne vous convient pas, vous pouvez demander à en changer.

Vous pensez que le niveau de la classe ne vous correspond pas, faîtes en part au responsable pédagogique de l’école. Même si des tests sont effectués avant la formation pour évaluer vos connaissances, il serait dommage qu’avec votre niveau A2 (pré-intermédiaire), vous vous retrouviez avec des A1 (élémentaire). Soyez vigilant et exigeant! A noter, certains centres proposent des cours d’essai.

 

 

A retenir : les cours collectifs en présentiel sont parfaits pour les débutants et pour celles et ceux qui aiment l’animation et les échanges avec les autres.

Les cours individuels sont plus adaptés aux personnes ayant déjà des bases solides et ayant besoin d’aborder des thèmes techniques.

Pour les actifs avec des emplois du temps chargés ou de nombreux déplacements, les cours en e-learning seront les plus efficaces car ils offrent le maximum de flexibilité et de souplesse. Vous pouvez également opter pour des cours par téléphone, parfait pour ceux qui ont besoin de pratiquer uniquement l’oral.

Si le centre de formation en offre la possibilité, n’hésitez pas à tester différentes méthodes d’enseignement.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire