CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

« Non-Digital Native : comment je me suis digitalisée… »

« Non-Digital Native : comment je me suis digitalisée… »

Stéphanie Guzman | 30/05/2017

A l’aube de la quarantaine, il est fréquent que les cadres aient envie d’évoluer à titre personnel et professionnel. Quand le secteur dans lequel on travaille est en outre confronté à une crise majeure, se pose souvent très vite la question de la reconversion. C’est ce qu’a fait Anne-Sophie Ferrand, ancienne salariée d’un important groupe de presse magazine. Elle a choisi le MBA Marketing & Commerce sur Internet de l’Institut Léonard de Vinci pour prendre le virage du numérique. Comment quitter un secteur d’activité traditionnel et préparer sa reconversion 3.0 grâce à la formation continue : Cursus Pro vous donne quelques réponses grâce à cette quadra super-motivée qui a choisi d’investir sur son avenir et a, selon ses mots, « réussi sa propre transition digitale ».

1- Pouvez-vous nous résumer votre parcours personnel et professionnel ? 

Titulaire d’une maîtrise de droit privé et d’un master management des médias, j’ai intégré dès la fin de mes études un grand groupe de presse magazine féminine. Non en tant que juriste ni même en tant que journaliste, mais comme déléguée commerciale du service diffusion vente au numéro. Avec une activité partagée entre le siège et le terrain, je devais assurer la relation commerciale pour les marques du groupe avec les dépositaires de presse et les marchands de journaux. Le terrain est une bonne école de la débrouille et permet de bien maîtriser la chaîne de distribution de la presse magazine qui est très spécifique. Ensuite j’ai évolué comme Responsable Produits, toujours au service diffusion. De ce fait, j’ai pris en charge la responsabilité d’un portefeuille de plusieurs magazines avec pour objectif d’en développer la stratégie marketing et opérationnelle et d’optimiser les ventes. Peut-être par peur de l’ennui ou juste pour nourrir ma curiosité personnelle, j’ai toujours eu comme ligne de conduite d’être force de proposition sur de nouveaux projets. Le dernier portait sur la mise en place d’un programme d’e-fidélisation pour les marchands de journaux, je souhaitais apporter un peu d’innovation dans le service et développer des compétences en digital.

2- En 2015, vous avez décidé d’effectuer un MBA Marketing & Commerce sur Internet à l’Institut Léonard de Vinci. Quelles ont été vos principales motivations ?  

J’ai toujours eu une sorte de complexe « d’imposture » dans mes postes précédents puisque je n’étais pas passé par la case école de commerce ! Je me suis séparée d’avec mon entreprise dans des conditions difficiles, j’avais besoin d’autre chose, d’une nouvelle dynamique. J’avais décidé de me tourner vers le marketing digital pour la suite de ma carrière, alors quoi de mieux que de retourner à l’école pour apprendre, et réorganiser mes priorités autour de moi, de mes envies et de mes nouvelles aspirations professionnelles. Après un tour des formations existantes et une rencontre déterminante lors du Salon SMBG, mon choix s’est vite porté sur le MBA Marketing et Commerce sur Internet de l’ILV.

3- Quel est le contenu de la formation ?

La formation se décline en modules : construire et gérer un projet digital, technologies innovantes, Start-up, Mobile Marketing, E-marketing et digital advertising, E-commerce et Smart Data. Des missions de conseil pour des entreprises partenaires, le community management de certains événements clés de la vie digitale et la rédaction d’articles pour le blog MBAMCI.com complètent également l’enseignement académique. Pour les part-time comme moi, la formation se conclue par la rédaction et la soutenance d’une thèse professionnelle. En quelques mois, vous passez de l’ère paléolithique à l’ère 3.0 !

4- Quel est le profil de vos condisciples ?

40 étudiants full-time et 60 étudiants part-time. S’agissant des part-time, les profils sont très différents, tous les secteurs d’activité sont représentés que ce soit la santé, le marketing, l’IT ou encore les transports. Certains sont déjà familiarisés à ces problématiques digitales et d’autres comme moi sont en reconversion professionnelle. Notre point commun : avoir envie d’apprendre et d’entreprendre.

5- Comment la formation se déroule-t-elle ?

2 options sont possibles pour cette formation : en « full time » à raison de 6 mois de cours et 6 mois de stages principalement sélectionnée par des étudiants en poursuite d’études et en « part time » à raison de 3 jours de cours par mois et 2 semaines complètes dans l’année, un parcours destiné à des personnes comme moi ayant ou ayant eu une activité professionnelle. La formation est réalisée majoritairement par des intervenants professionnels, ce qui facilite l’interaction entre « étudiants » et « professeurs » et rend les cours moins académiques. Heureusement parce qu’à 40 ans, il n’est pas toujours simple de rester concentrée 8 heures d’affilées assises sur une chaise.

6- Que vous a apporté le MBA ?

Le MBA m’a apporté beaucoup personnellement et professionnellement. Dans un 1er temps, me retrouver parmi des personnes avec le même mode de fonctionnement et au cœur d’une dynamique ultra positive m’a fait un bien fou après plusieurs années passées dans un environnement autocentré sur lui-même. Je pouvais enfin être moi sans passer pour une extraterrestre ambitieuse ! Ensuite, j’y ai fait de très belles rencontres et de belles amitiés sont nées. Je peux également m’appuyer sur un réseau fort des MBA MCI : j’ai eu plusieurs fois l’occasion de m’en apercevoir cette année, notamment pour la rédaction de ma thèse pro. Professionnellement, j’ai acquis une grande culture digitale, de nouveaux réflexes, la maîtrise de nombreux outils 2.0 et une nouvelle façon de travailler, beaucoup plus agile. Je suis mon propre cobaye : j’ai créé un blog, je travaille mon personal branding, je suis en veille constante, je continue mon auto-apprentissage et débute la transmission de mes connaissances. Je pense avoir réussi ma propre transition digitale.

7- Sur quoi a porté votre thèse ?

Ma thèse s'intitule "la transition digitale en B2B : mode d'emploi". Le digital est incontournable pour les entreprises du B2B, leur pérennité se mesure désormais en fonction de leur capacité à s'adapter, à réagir face aux nouvelles technologies et à évoluer avec elles. Et parce que toutes les entreprises n'ont pas le même niveau de maturité face au digital, l'objectif de ma thèse est d'expliquer simplement et de manière pédagogique comme entamer, poursuivre ou aller plus loin dans une transition digitale. J’ai conçu une matrice qui permet d'identifier les différentes étapes de cette transition. En fonction de chaque situation (de l’entreprise qui est au tout début de sa réflexion jusqu’à celle qui est déjà très avancée), cette matrice liste les actions à mener.

8- Quel conseil donneriez-vous à un professionnel désireux d’adopter votre démarche ? 

#Mêmepaspeur, ce hashtag accompagne les MBA MCI pendant et après la formation, c’est le seul conseil que je peux donner. Vous en avez envie, alors lancez-vous !

9- Quels sont vos projets pour 2017 ? 

Je cherche activement un nouveau poste dans lequel m’épanouir et mettre en application tout ce que j’ai appris. Tout ne fait que commencer !

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire