Interview de Laurielle Bonnet participante en formation continue diplômante en MBA à l'IAE de Lyon

EMBA : Un moment unique dans une vie

Alexandre Haute-Pottier | 11/10/2014

Laurielle Bonnet suit actuellement une formation en Executive MBA à l’IAE de Lyon. Cette femme de 36 ans, ancienne responsable juridique internationale pour la société Vero, dispose d’un parcours, si ce n’est atypique, au moins mouvementé. En effet, après un DESS en droit de la concurrence, Laurielle enchaîne les expériences, en France comme à l’étranger, à travers différents cabinets et PME. Portrait d’une étudiante adepte de la formation continue qui songe à poser ses valises…

CursusPro : Vous avez entamé une formation MBA suite à un licenciement, à toute chose malheur est bon ?

Laurielle Bonnet : C’est un peu ça, je réfléchissais depuis longtemps à cet Executive MBA. Dans mon travail je touchais à beaucoup de choses sans avoir de réelles formations. Parfois, je ne pouvais m’en remettre qu’à mon bon sens, mais je ressentais le besoin d’acquérir davantage d’outils de communication et de management.

Et puis je ne me sentais pas d’entamer ce programme en même temps que le boulot, alors quand mon ancienne société a lancé un plan de licenciement économique, j’en ai profité pour partir en négociant le paiement de cette formation. 

Pouvez-vous nous expliquer un peu le programme de ce MBA, dans les grandes lignes ?

Nous avons cours les vendredis et samedis, deux semaines sur trois pendant une dizaine d’heures, le tout en anglais. Il y a beaucoup d’intervenants internationaux qui viennent apporter un éclairage et des connaissances pragmatiques sur le milieu entrepreneurial.

Nous sommes une petite promo de treizes personnes, et nous échangeons énormément. Chacun dispose d’un « background » qui lui est propre et les expériences s’entremêlent ainsi. L’ambiance est très conviviale, ce n’est pas du « shark business ».

Sinon, il n’y a pas d’examen de fin d’année, mais en fin de séminaire nous avons des travaux pratiques à rendre, orientés sur les sujets abordés : macro et micro-économie, stratégie, management, marketing international, etc. Et puis il y a un mémoire à fournir, regroupant plusieurs thèmes, le mien porte sur les outils marketing applicables aux visions de l’entreprise.

Il n’y a pas de séminaire à l’étranger ? Souvent les élèves partent en Chine, à San Fransisco…

L’IAE de Lyon est une école universitaire de management qui applique des tarifs très abordables (12 000 euros environ), et ne peut dans ces conditions intégrer de voyage dans le programme. Mais cette année nous avons organisé, avec la promo un déplacement à New York. Nous l’avons monté dans le cadre d’un projet : nous aurons deux séminaires dans une université partenaire de l'IAE Lyon, des rencontres avec quelques entreprises, nous avons surtout privilégié l’aspect multiculturel, et cette ville s’y prête très bien.

Vous terminez ce MBA en septembre, déjà des projets ou propositions professionnels ?

Je sais que je ne veux pas redevenir responsable juridique, je sais que désormais, grâce aux cours de coaching notamment, je suis capable de définir une stratégie claire, pour le reste… J’ai eu quelques opportunités, mais je veux prendre le temps, j’ai encore des compétences à solidifier. Je veux terminer cette formation et réfléchir ensuite à l’avenir.

Quoi qu’il arrive, c’est une super chance d’avoir l’occasion de se ré-ouvrir de la sorte au monde professionnel !

 Un changement s’opère, les anciens de l’école me l’avaient dit, et c’est vrai, c’est comme si mon cerveau se ré-ouvrait.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes souhaitant entamer cette formation ?

C’est tout à fait personnel, mais le fait de ne pas travailler en parallèle me plait, les cours sont tellement denses ! Je connais deux personnes dont la famille a explosé durant leur formation, je ne voulais pas que ça m’arrive. Mais certains de la promo gèrent comme il faut, même si cela reste très difficile.

Ne sachant pas faire les choses à moitié, ma famille aurait trop trinqué je crois. Donc, il est conseillé de bien réfléchir et de la faire au bon moment. Le but n’est pas tant l’obtention du diplôme ou les « bonnes notes », c’est surtout un moment unique dans sa vie et il s’agit de ne pas le bâcler.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire

Êtes-vous prêt à vous re-former ?
Attention !
Vous entrez en zone test !