CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Baptiste Prévost témoigne de sa formation à l'EMBA de l'Edhec

Chef d'entreprise, Baptiste Prévost témoigne de sa formation à l'EMBA de l'Edhec

D'ingénieur à chef d'entreprise après un EMBA à l'Edhec

Stéphanie Guzman | 01/02/2017

Baptiste Prévost est ingénieur spécialisé dans le transport ferroviaire. Il a entrepris en 2014 un Executive MBA à l’EDHEC afin de donner un nouvel élan à sa carrière. Aujourd’hui chef d’entreprise, il revient sur ces 16 mois de formation à Lille - une expérience qu’il qualifie d’exceptionnelle - en répondant aux questions de CursusPro. 

1-Pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ? 

Je suis ingénieur ICAM de formation. J’ai débuté ma carrière entant qu’ingénieur travaux / responsable d’affaire dans le groupe Vinci Energies.

J’ai exercé cette fonction durant huit ans dans diverses agences du Nord de la France. J’ai par la suite occupé le poste de directeur d’opération pour Réseau Ferré de France (qui s’appelle maintenant SNCF Réseau) durant sept ans. J’y ai piloté des projets de modernisation de l’infrastructure ferroviaire en tant que maitre d’ouvrage.

J’ai par la suite travaillé un an à Fer de France, association interprofessionnelle de la filière ferroviaire basée à Paris, en tant qu’adjoint au délégué général.

Depuis 2 mois maintenant j’ai pris la direction d’Axians Rail Ouest, une entreprise de 70 personnes spécialisée dans les travaux de télécom ferroviaire implantée à Rennes.  

2- Qu'est ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet d’Executive MBA ?

Après mon diplôme d’ingénieur et une quinzaine d’année d’expérience professionnelle, j’ai souhaité d’une certaine manière «mettre à jour » mon logiciel et compléter mes connaissances sur un certain nombre de sujets : économie, stratégie, finance, comptabilité, management…

Le travail au quotidien n’apporte pas tout sur le plan des connaissances et l’idée d’une formation s’est imposée naturellement. L’EMBA  m’est apparu comme la meilleure solution pour accéder à ces nouveaux savoirs mais également pour développer mes qualités personnelles de manager.

L’EMBA permet de progresser sur tous les points : humains et professionnels.  C’est une formation longue qui permet donc de travailler et de s’améliorer « en profondeur ».

C’est de plus une formation en part time qui permet de garder une activité professionnelle.

3- Pourquoi avoir choisi l’EDHEC ?

J’ai choisi l’EDHEC pour trois raisons principales :

  • Première raison : cette école est connue et reconnue sur le plan international pour l’excellence de  son enseignement.
    Le EMBA bénéficie en outre d’une triple accréditation.
  • Deuxième raison : Le campus était proche de mon lieu de travail ce qui était important pour organiser le travail, les cours et la vie de famille.
  • Troisième raison : Les promotions sont à taille humaine ce qui favorise la proximité et la convivialité entre étudiants EMBA et enseignants. 
    Cela a d’ailleurs été un point fort de la formation. L’esprit n’est pas « scolaire »  même si on a des devoirs et que nous sommes notés.
    Au sein de la promotion, nous avions vraiment le sentiment d’être entre professionnels aguerris souhaitant continuer à apprendre et progresser.  

4- Comment avez-vous financé l’EMBA?

Pour moitié par le FONGECIF et pour l’autre moitié avec mes fonds personnels.  

5- Comment se sont déroulés ces 16 mois de  formation à Lille ?

Avec un samedi sur deux en cours et du travail personnel à fournir, il a fallu revoir toute mon organisation personnelle.

L’investissement dans le EMBA n’est pas que financier, il est aussi humain. Notre vie est forcément un peu chamboulée pendant 16 mois avec une articulation vie personnelle/vie professionnelle/temps d’étude à mettre en place.
Au final, on n’est jamais vraiment seul à faire le EMBA : épouse, enfants et famille participent aussi à leur façon au EMBA. C’est une véritable expérience collective.

6- Que vous a apporté cette formation, à titre personnel et à titre professionnel ? 

L’EMBA m’a apporté une meilleure connaissance de moi-même, du fonctionnement du business et de l’entreprise. J’ai gagné en sérénité, en assurance aussi.

J’ai également« dérouillé » mon anglais, ce qui est une excellente chose.

7-  Quels ont été les points forts de la formation ?  

Les points forts sont nombreux et je pourrais citer des dizaines d’exemples... Chaque semaine était extrêmement riche. Il faut dire que le niveau des professeurs à l’EDHEC est particulièrement exceptionnel.

En macro-économie, nous avons eu comme professeur un expert accrédité au FMI vivant à Singapour. Ses cours étaient magistraux et passionnants. Les business trips sont aussi des expériences sans pareil.

J’ai eu l’occasion de visiter l’usine d’ASLTOM de Sao Paulo au Brésil. En tant qu’ingénieur du Rail, c’était une vraie chance ! J’ai pu échanger avec les Brésiliens sur un projet de construction de la Ligne TGV Rio de Janeiro - Sao Paulo !

Mon sujet de consulting m’a lui amené à rencontrer des experts de l’Aéronautique (DASSAULT/Airbus) pour étudier, avec un groupe de consultants, la possibilité de transférer à la filière ferroviaire des outils numériques issus de l’Aéronautique.

Dans ce cadre j’ai pu échanger, notamment sur le sujet de la supply-chain et de transformation numérique, avec certains grands dirigeants du rail français (Alstom, Bombardier, SNCF) et Allemand (DB, Siemens).

Des rencontres qui n’auraient bien entendu jamais été possibles sans l’EMBA …

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire