CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Le classement des masters en finance

HEC Paris et LBS de nouveau dans les tops Masters en Finance

Laurent Ortmans | 23/06/2015

HEC Paris et la London Business School ont renforcé leurs positions au sommet des classements Financial Times pour les Masters en Finance respectivement pour la formation initiale et pour la formation continue, et ce après avoir dominé ces classements sans discontinuer depuis leur première publication en 2011.

Le classement Financial Time des Masters Globaux en Finance évalue les 50 meilleures formations à plein temps en finance pour des étudiants ayant peu ou pas d’expérience, et les 5 premières formations pour les participants expérimentés. Ces classements sont basés sur une enquête auprès des business schools et de leurs étudiants diplômés en 2012. Les données mesurent le niveau de succès des anciens dans leur carrière en termes de salaire, de position et de réussites dans les trois ans suivant le diplôme.

HEC Paris n’a la première place dans aucun des critères individuels mais a enregistré la plus forte performance d’ensemble. Ces anciens ont le cinquième plus haut niveau de salaire trois ans après le diplôme a 93 000 $ et la formation est classée troisième en terme de rapport qualité prix et pour la mobilité internationale des anciens. L’école arrive également ex-aequo avec 93 % en termes d’objectifs atteints.

« Les cours étaient donnés par des praticiens de haut vol, » dit l’un des diplômés HEC Paris. «  La formation était parfaitement taillée pour de jeunes professionnels ayant une expérience limitée de la finance, leur permettant d’être immédiatement opérationnel une fois diplômés. »

Pour le classement en formation continue, les anciens de LBS obtiennent les salaires les plus importants en moyenne trois ans après le diplôme à près de 130 000 $ et le plus haut pourcentage (87 %) d’objectifs atteints. La formation est aussi classée première pour les succès à l’embauche et pour les expériences à l’international pendant la formation. Les anciens sont aussi classés seconds pour la mobilité international et la progression de leur carrière.

Cinq formations font leur entrée dans le classement des formations initiales. La mieux classée est la business school Lee Kong Chian de la Singapore Management University. L’école arrive deuxième en terme de mobilité internationale de ses diplômés et est la première école à figurer dans les classements pour ses formation initiales et continues.

ESCP Europe et la Sloan School of Management du MIT aux Etats-Unis ont eu aussi de bons résultats. Les deux écoles ont progressés de cinq rangs, se retrouvant respectivement en troisième et cinquième place.

Alors que les institutions françaises et espagnoles dominent le haut du classement en formation initiale, les business schools du Royaume Uni forment le gros du bataillon avec 17 écoles sur 50, devançant les Etats-Unis (huit écoles) et la France (six écoles). Deux institutions anglaises, la LBS et la Judge Business School de l’université de Cambridge, dominent le classement en formation continue.

Les écoles du Royaume Uni comptent plus d’un tiers de l’ensemble des diplômés des 50 premières formations initiales et ont attiré non seulement près de la moitié des étudiantes mais également presque un étudiant international sur deux. En effet, 94 % des étudiants enrôlés dans une formation initiale Master in Finance avaient traversé les mers pour venir étudier au Royaume Uni. 85% de ces étudiants n’étaient pas originaire de l’espace économique européen, ce nombre incluant 55% d’étudiants de Chine continentale.

Les difficultés rencontrées pour obtenir des visas pour un large contingent d’étudiants extra-communautaires expliquent en partie les mauvaises performances des écoles du Royaume Uni en termes d’expérience de formation à l’international, avec 14 écoles classées en queue de peloton sur ce critère.

De nombreux étudiants ont été déçus par la politique de visa du Royaume Uni. « De nombreuses personnes voient ces formations comme une passerelle vers un emploi en Europe, »  dit l’un d’entre eux. « Si c’est leur objectif, alors nombreux seront ceux qui devront partir sans l’avoir atteint. »

© The Financial Times Limited [2012]. All Rights Reserved.
Not to be redistributed, copied or modified in anyway.
Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times
Limited does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire

Choisir une nouvelle formation ?
Entrez vos critères,
cherchez et trouvez !