CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Un échec passé est-il rédhibitoire pour postuler à un EMBA ?

Un échec passé est-il rédhibitoire pour postuler à un EMBA ?

Lucie Kellaway | 01/06/2016

Lucy Kellaway est éditrice associée au Financial Time et rédige une chronique hebdomadaire de conseils aux lecteurs intitulée « Dear Lucy ». Ci-dessous ses réponses à 6 questions posées par les lecteurs du célèbre quotidien britannique concernant les programmes de MBA et EMBA.

J’espère intégrer une école de haut niveau pour un EMBA mais j’ai peur qu’une mauvaise expérience vécue en début de carrière ne ruine mes chances. Il y a 10 ans, j’ai été renvoyé de mon premier poste de management après d’importantes pertes dans la division où je travaillais. J’ai trouvé un nouvel emploi, mais je n’ai pas progressé aussi vite que je l’espérais. Comment convaincre le comité d’admission de ne pas s’attarder sur cette étape malchanceuse de ma carrière?

Je ne pense pas que cette erreur de jeunesse soit un problème, mais je pense que les 10 années de stagnation qui ont suivi peuvent l’être. Les comités d’admission sont obsédés par l’idée d’apprendre de ses erreurs. Si vous vous portez candidat pour un EMBA à Wharton, ils vont vous demander d’écrire un essai intitulé « Décrivez une expérience où vous avez été confronté à un challenge et comment vous y avez répondu ». Aucune déception ou échec n’est trop important pour peu que vous puissiez monter une réponse convaincante quant à ce que cela vous a permis d’apprendre. Un conseil, ne dites pas que c’était de la malchance. Admettez votre pleine responsabilité quant à votre implication dans le gâchis et expliquez comment vous avez changé depuis. Encore plus important, trouvez une bonne justification pour couvrir votre parcours ces 10 dernières années. C’est cela qui va vraiment intéresser les personnes qui vont vous interviewer.

Mon employeur me finance un MBA Executive, mais j’ai pris conscience depuis le début du programme que je voulais lancer mon propre business. Je voudrais terminer cette formation mais je ne peux me la financer moi-même. Cependant, si je ne lance pas mon business tout de suite, je vais rater l’occasion d’une vie. Que dois-je faire ?

Si c’est vraiment une occasion unique qui doit absolument être lancée juste maintenant, alors laissez tomber tout le reste et allez-y. Malgré tout, je soupçonne que c’est moins urgent que vous le pensez. Cela ne changerait pas grand-chose si vous repoussiez le démarrage de quelques mois, ce qui vous laisserait le temps d’obtenir votre diplôme. Utilisez le temps « gagné » pour planifier, faire des recherches et prendre des contacts. Rien n’aide autant l’esprit à se concentrer que d’avoir beaucoup trop de choses à faire – c’est à dire continuer votre job actuel et le MBA, en conservant précieusement tout ce qui pourra être utile pour votre business futur. En prenant ainsi votre temps, vous pourriez aussi réaliser que cette opportunité de business en or n’est pas vraiment aussi reluisante que vous le pensiez initialement, dans ce cas vous serez bien content de ne pas avoir tout abandonné pour la poursuivre.

J’effectue actuellement un EMBA dans une école bien classée mais, lors d’un événement récent de networking, j’ai entendu une discussion entre un professeur et un capitaine d’industrie en visite qui me laisse penser qu’un montage financier douteux est en cours. Si je donne l’alerte, cela pourrait nuire à la réputation de l’école et dévaluer par la même mon propre diplôme, diplôme qui m’a couté une petite fortune. Dois-je laisser filer ou faut-il avertir les autorités ?

Ce cas est doublement difficile. Donner l’alerte demande toujours de peser le pour et le contre. Dans ce cas, les arguments contre sont particulièrement forts. Comme vous le dites, si vous avez réalisé un investissement considérable dans cette institution, cela n’a aucun sens d’essayer de la détruire dans le même temps. Cependant, vous n’avez pas détaillé les arguments pour. Tout dépend de la gravité de l’infraction et de la certitude que vous en avez. Si vous estimez avoir peut être mal entendu ou mal compris, il est correct de ne rien dire. Si vous êtes sur de vous, il vous faut probablement faire quelque chose. J’aurais tendance à impliquer quelqu’un de poids. Y-a-t-il à l’école, un professeur sympathique que vous appréciez et à qui vous faites confiance ? Je lui confierais ce que vous avez entendu. Après c’est son problème. S’il ne fait rien, vous êtes moralement quitte. S’il décide d’agir, l’union fait la force.

A la fin de mon EMBA, une réception est prévue à laquelle on nous demande de convier nos partenaires. Je n’ai divulgué que récemment être gay. Mon partenaire a très envie de rencontrer mon entourage et mes collègues ont l’esprit ouvert. Je me demande néanmoins si cela ne pourrait pas nuire à ma carrière. Dois-je venir avec lui ?

Oui, amenez-le. Nous sommes au 21ème siècle : d’un certain côté c’est décevant que vous vous posiez la question. Etre gay ne va pas nuire à vos opportunités d’emploi. Mais cacher votre partenaire qui veut rencontrer vos camarades d’EMBA va causer du tort à votre relation et pourrait bien compromettre votre carrière par la même occasion. Si vous restez dans l’ombre, vos camarades vont eux aussi garder leurs distances. Alors assez tergiversé, amenez le avec vous et profitez de l’occasion. Faites-moi savoir si cela vous met dans l’embarras car j’en mangerai mon chapeau.

J’ai décidé de faire un EMBA et l’argent n’est pas un problème, mais j’ai besoin du diplôme rapidement pour m’assurer d’une promotion très attendue. Dois-je m’orienter vers un programme court où je suivrai la plupart des modules en ligne ou faut-il considérer que seul un programme plus long vaut la peine avec des sessions en présentiel aux quatre coins du monde ?

Comment savez-vous que ce diplôme va vous garantir une promotion ? Y-a-t-il une mention dans la description de poste précisant que seuls les titulaires d’un MBA peuvent faire acte de candidature ? Si c’est le cas, et que la promotion est votre seul motivation, engagez-vous dans un programme court en ligne. Mais si vous préférez vous donner le temps d’étudier tranquillement pour valoriser le diplôme obtenu dans la durée, faites le choix inverse. Les carrières professionnelles sont longues et avec un peu de recul, cela change sans doute peu de chose d’obtenir la promotion maintenant ou plus tard.

Mon partenaire veut faire un EMBA, mais je pense que la raison principale est qu’il ne se sent pas à la hauteur par rapport à moi. Je suis une femme et j’ai obtenu un MBA d’une école de haut niveau avant mes trente ans. Je lui ai dit de ne pas s’en faire, car son entreprise fournit des formations de management et de leadership, mais il semble vraiment déterminé à suivre son idée. Comment puis-je le ramener à la raison ?

Je ne vous ai jamais rencontrés vous et votre partenaire et je n’ai aucune idée de l’état de votre relation, mais à en croire la teneur de votre message, il me semble que vous essayez de rabaisser quelqu’un de valeur. Pourquoi n’acceptez-vous pas l’idée qu’il obtienne un MBA ? Loin d’un scénario où il s’efforce d’être votre égal, cela sonne plutôt comme si vous vouliez désespérément qu’il ne le soit pas. Pourquoi tenez-vous pour acquis que ce désir de MBA n’est lié qu’à vous ? Pourquoi ne le voudrait-il pas pour les mêmes raisons que des centaines de milliers d’autres candidats potentiels ? Aucun d’entre eux ne signe pour des années d’effort intense et des coûts exorbitants uniquement pour se sentir sur un pied d’égalité dans leur couple. Et même si vous voyez juste et qu’une de ses motivations principales est de vous rattraper, ce n’est pas une raison pour le décourager. C’est bien vous qui devez-vous en faire une raison.

Copyright The Financial Times Limited 2015

All Rights Reserved.

Not to be redistributed, copied or modified in anyway.

Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times Limited does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire