CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

MBA : des frais d’inscription en forte augmentation mais toujours plus de candidats

MBA : des frais d’inscription en forte augmentation mais toujours plus de candidats

Jonathan Moules | 20/05/2016

Il y a six ans, l’Université de Mc Gill Desautels a pris la décision, sans précédent pour une école de commerce canadienne, d’augmenter les frais d’inscription de son MBA à un niveau permettant au programme de s’équilibrer financièrement.

La spectaculaire augmentation - de 22 000 à 79 500 dollars canadiens – applicable pour la promotion 2015, était sans nul doute une stratégie risquée pour l’école montréalaise, qui jusqu’alors, bénéficiait de subventions importantes de la part du gouvernement québécois pour couvrir les coûts du  MBA.  Mais au lieu de provoquer une baisse des inscriptions, cette augmentation de près de 400 %, s’est traduite par un plus grand nombre de candidatures reçues et celles-ci étaient en outre de meilleure qualité.

Cette année, Mc Gill Desautels va ainsi atteindre un record de dossiers de candidatures pour son MBA avec une augmentation de 15 % versus l’année précédente selon Don Melville, directeur du MBA. Augmenter le prix du MBA a amélioré la valeur perçue du programme, explique-il.

« Quand les frais d’inscription sont autant inférieurs à ceux des autres écoles, la question qui se pose, c’est : quel est le problème de ce MBA ? ».

L’augmentation des frais d’inscription est un vrai sujet particulièrement aux Etats Unis où les étudiants désireux d’intégrer les meilleures écoles doivent à présent payer des sommes à six chiffres pour des programmes de MBA en deux ans. Et c’est sans compter les autres frais tels que les livres, l’assurance santé, le loyer, le transport  etc.…

Le coût moyen en 2016 d’un programme de MBA au sein de l’une des 25 meilleures écoles américaines est de 118 468 dollars, en progression de 81% par rapport à 2006 selon les classements réalisés par le Financial Times

Cette inflation explique pourquoi les bourses sont devenues une méthode de plus en plus utilisée par les écoles pour tenter d’attirer les talents.

Les bourses se sont ainsi complétement généralisées à tel point que plus de la moitié d’une promotion de MBA en bénéficie aujourd’hui.

Alors que nombreux sont ceux qui se demandent jusqu’à quel niveau les institutions américaines peuvent augmenter leurs frais d’inscription, les écoles établies sur les autres continents arrivent à faire progresser leurs tarifs de manière encore plus spectaculaire, tout en améliorant la popularité de leurs programmes.

En Belgique, les universités n’avaient pas la possibilité juridique jusqu’à récemment d’augmenter leurs tarifs de manière significative. Les programmes de MBA y étaient donc relativement bon marché comparé à ceux des autres pays européens.

En 2005, la Vlerick Business School, installée à Gand, demandait 15 000 € pour son MBA en un an. Dix ans plus tard, un participant devra dépenser 37 000 € pour le même programme.

Ces augmentations de frais d’inscription permettent de vendre le programme plus facilement selon Yolanda Habets, directrice du programme de MBA Full Time à Vlerick. « Avec le prix actuel, nous avons moins besoin de répondre à des questions sur la qualité du MBA. Le coût du programme augmente sa valeur » avance t- elle. « Auparavant,  certains étudiants étaient presque suspicieux vis à vis du prix. »

Vlerick a revu à la hausse ses tarifs afin de couvrir ses coûts en augmentation, selon Mme Habets qui pointe que les salaires versés aux enseignants, les services orientation et carrière ainsi que les séminaires d’études à l’étranger ont sensiblement renforcé le coût du MBA pour l’école.

Bien que dorénavant, les coûts d’inscription ne soient plus limités réglementairement en Belgique, Mme Habets ne s’attend pas pour autant à ce que les tarifs des écoles atteignent ceux de leurs homologues américaines. « Les pays européens partagent cette envie de garder des droits d’entrée abordables car l’éducation doit rester accessible », précise t-elle.

L’un des gros avantages des écoles européennes outre leurs frais d’inscription plus faibles, est la prédominance des programmes en un an. Le droit d’entrée pour le prestigieux programme de l’INSEAD, qui figure en première place du classement du Financial Times cette année, est de 71 000 €. Et même s’il augmente de 5% tous les ans depuis plusieurs années, le programme français n’en reste pas moins meilleur marché que les MBA de deux ans des meilleures écoles américaines.

Pour une école comme l’INSEAD, conserver des coûts annuels dans la moyenne de ceux appliqués par ses homologues américaines, est stratégique selon Graham Hastie, vice-doyen. Cependant grâce à un programme de 10 mois et même avec des coûts annuels du même niveau que Standford ou MIT Sloan, INSEAD peut se vanter d’un meilleur retour sur investissement.

Peter Todd, qui est à l’origine de l’augmentation à Mac Gill Desautels, a été embauché l’an dernier comme doyen d’HEC. Les frais d’inscription au MBA de l’école française ont augmenté de 8 000 € depuis janvier 2013 pour atteindre 56 000 €.

La baisse de l’euro face au dollar, permet à Mr Todd d’affirmer que les droits d’entrée à HEC restent encore inférieurs à ceux des programmes américains.

Les candidatures en provenance des Etats-Unis sont en augmentation nous indique Andrea Masini, directeur du programme de MBA d’HEC. Selon Mr Masini, ce phénomène est plus lié aux qualités du programme, comme par exemple la diversité de l’origine des participants, qu’au fait que les tarifs de l’école soient désormais plus attractifs pour les candidats américains.

Mr Masini précise que l’augmentation des frais d’inscription ne suffit pas à améliorer la valeur perçue d’un programme de MBA. «  Si vous augmentez le prix d’une Fiat pour atteindre celui d’une Ferrari, cela ne veut pas dire que la Fiat devient immédiatement de la même qualité que la Ferrari ».

Du côté des Etats-Unis, les 136 500 dollars que les étudiants de MBA doivent dépenser pour étudier deux ans au MIT Sloan, représentent sans nul doute un coût élevé, mais cette somme ne permet même pas de couvrir les coûts de fonctionnement du programme, selon Jacob Cohen, vice doyen de la célèbre école. C’est grâce à d’importantes subventions reçues d’année en année, que MIT peut se permettre de conserver les tarifs actuels pour son programme phare.

Mais heureusement en pratique, le coût final est souvent moindre pour les participants en raison des bourses au mérite accordées par l’école ainsi qu’à la possibilité offerte aux étudiants de MBA de travailler comme « teaching assistant » tout en poursuivant leurs études. (…)

 

Copyright The Financial Times Limited 2016

All Rights Reserved.

Not to be redistributed, copied or modified in anyway.

Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times

Limited does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire