CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Un EMBA peut vous faire changer de voie plus vite que prévu.

Un EMBA peut vous faire changer de voie plus vite que prévu.

Jonathan Moules | 08/06/2016

Des frais d’inscriptions à 6 chiffres et le stress que génère la recherche d’un équilibre entre deux ans d’étude et des obligations professionnelles suffisent à convaincre la plupart des participants à un Executive MBA de ne pas quitter leur employeur au moins jusqu’à l’obtention du diplôme. Cela n’a pas été le cas pour Christer Holloman. Quatre mois seulement après avoir entamé un programme EMBA à la Business School Saïd de l’Université d’Oxford, il quitte son job de business développeur senior dans la branche européenne du site web de recrutement, Glassdoor, pour cofonder Divido, un business de paiement en ligne.

Démarrer pour son compte une start-up technologique n’a pas été un bond dans l’inconnu pour Holloman, car contrairement à d’autres participants EMBA, il avait déjà passé une décennie à aider d’autres compagnies à monter leur business digital. « J’étais déjà fortement tenté de lancer ma propre affaire » admet Christer Holloman. « La force du concept Divido a rendu la décision facile. » L’EMBA a été le véritable catalyseur, ajoute-t-il.

Christer Holloman est toujours en train de suivre sa formation en 21 mois, mais il assure que ce qu’il apprend en classe l’aide à développer les compétences nécessaires pour sa nouvelle vie de créateur d’entreprise.

« Chaque semaine d’EMBA à Oxford est comme une semaine de réflexion où vous pouvez vous déconnecter de votre quotidien pour découvrir des idées novatrices, » explique-t-il. « Et vous avez cette opportunité 16 fois en presque 2 ans. »

Divido permet aux commerçants d’aider leurs clients à obtenir des crédits à taux nul ou à très bas prix pour leurs achats en ligne ou en magasin. Un des arguments commercial du service est que les commerçants en offrant un crédit immédiat sur le point de vente voient la valeur du panier moyen augmenter de 15 à 25 % selon  Christer Holloman.

Bien que Divido, qui emploie 10 personnes, n’en soit encore qu’à ses débuts, l’entreprise a pu lever 1 million de livres sterling auprès d’investisseurs comme Seedcamp, un incubateur pan-européen créé pour aider les jeunes compagnies technologiques prometteuses.

Divido a aussi mis en place un conseil d’administration avec des dirigeants expérimentés dans les secteurs technologiques, comme par exemple Kevin Dallas, Directeur Produit à WorldPay, Carsten Egeriis Directeur Risque Banque Privée et Commerciale à Barclays, et Jonathan Rogers, associé du cabinet juridique Taylor Wessing.

Ce n’est pas seulement l’enseignement délivré en EMBA qui aide à créer une entreprise, dit Christer Holloman. La communauté des anciens de Saïd est aussi une ressource précieuse pour un entrepreneur qui a besoin de développer son réseau. Les anciens d’Oxford se font profondément confiance. Christer Holloman raconte par exemple que la seule façon qu’il ait pu trouver pour établir le contact avec le dirigeant d’une chaîne de magasin de musique qui n’avait répondu à aucun de ses mails, fut par l’intermédiaire d’un camarade rencontré lors d’un événement à l’université.

« Certains professeurs sont également ravis de s’impliquer dans des entreprises lancées par leurs étudiants et en lesquels ils croient. Ils entrent au capital contre un rôle de conseil, » note Christer Holloman.

Il a récemment rencontré Peter Thiel, le co-fondateur de PayPal, lors d’une visite d’une semaine à Palo Alto qui était inclus dans un module optionnel de finance entrepreneurial. Ce fut un grand moment pour  Christer Holloman. « Pour nous à Divido, c’est un héros, » admet-il.

Un autre avantage quand on étudie à Saïd est d’avoir un accès direct en ligne à tous les périodiques et rapports conservés par les bibliothèques d’Oxford, un accès qui sans cela reviendrait à des milliers de livres sterling.

Les travaux à réaliser dans le cadre de l’enseignement ont permis d’avancer de manière conséquente sur le business plan de Divido. « Le projet entrepreneurial à réaliser pour un EMBA Oxford est à mener sur plusieurs mois. C’était une occasion rêvée de développer et de tester un business plan complet avec les idées et les conseils de professeurs experts » dit Christer Holloman.

« Ce travail est réalisé en groupes de trois à cinq étudiants. Il s’agît de vendre votre vision aux gens avec qui vous vous entendez bien et d’utiliser l’intelligence collective du groupe pour définir votre business case, valider le marché, lancer votre MVP (produit viable minimum) et peut-être même lever quelques fonds. ».

Christer Holloman a aussi trouvé un soutien auprès de l’association étudiante des Entrepreneurs d’Oxford, forte de plus de 10 000 membres, qui organise des événements pour promouvoir  et développer des idées de business.

Christer Holloman salue l’incubateur de Saïd, appelé The LaunchPad, qui offre des locaux gratuits pour les start-ups d’étudiants, ainsi que le fond d’amorçage SBS qui fournit un petit capital de démarrage

Divido cherche aujourd’hui à élargir son équipe et recrute des experts en vente et management de clientèle.

Financial Times. All Rights Reserved.

Not to be redistributed, copied or modified in anyway.

Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times Limited does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire