CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Autour du monde pour un Executive MBA

International : Autour du monde à la poursuite d’un MBA

Jamie Smyth | 21/01/2015

Il parcourt 30 000 kilomètres par mois pour ses études.

Dans le monde entier, ils sont sans doute bien peu à faire la navette aussi loin que Tony Mullen. Chaque mois, ce président de Events Management Queensland effectue un aller-retour de 30 000 kilomètres depuis l’Australie où il est basé jusqu’au Royaume-Uni où il suit une formation d’Executive MBA à la Judge Business School de l’université de Cambridge.

Les programmes EMBA (des MBAs pour dirigeants en activité) basés sur des sessions mensuelles le week-end et des modules en ligne attirent beaucoup de candidats basés à l’étranger. Monsieur Mullen est l’un de ces participants toujours plus nombreux à accepter de voyager à des distances incroyables afin d’étudier à la business school de leur choix.

« Pour moi, monter dans l’avion c’est un peu comme prendre le train – cela fait juste partie du deal, » dit Monsieur Mullen.

« J’ai un camarade de promotion qui voyage depuis la Malaisie et il y a également des participants d’Ukraine, de Russie, de France et d’Irlande dans la classe, » dit Monsieur Mullen. Environ un tiers de sa classe voyage depuis l’étranger pour assister aux cours, ajoute-t-il.

« Il y avait un gentleman de Sidney qui suivait ce programme l’année dernière et je lui ai parlé avant de m’engager pour avoir ses conseils sur comment mieux gérer les trajets. »

Flexibilité

La formation EMBA de Judge comprend 16 week-ends et 4 blocs d’une semaine sur une durée totale de 20 mois. Le format est taillé pour des dirigeants très occupé aux semaines déjà bien remplies et les travaux pratiques sont conçus pour compléter les responsabilités déjà assumées par les participants dans leur travail.

« Je pars pour Cambridge sur le vol d’1 heure du matin le jeudi soir. Je dors les six ou sept premières heures de vol, puis travaille 12 heures de suite dans l’avion, » dit Monsieur Mullen. Il estime qu’il aura passé au moins 960 heures soit 40 jours en vol sur la durée de son MBA. Mais en voyageant pour ses études le week-end il dit qu’il n’aura pas dû beaucoup s’absenter de son emploi.

Monsieur Mullen dit que son agenda quotidien est assez chargé car sa société qui appartient au gouvernement est en charge de la gestion de trois événements sportifs majeurs : le marathon Gold Coast Airport, les Masters Games Pan Pacific et les Master Games de la grande barrière de corail. Cependant, il explique avoir été soutenu par son employeur qui l’a autorisé à s’absenter pour aller suivre son EMBA aussi loin.

Une marque mondiale

« Suivre ces cours, c’était la chance d’une vie », dit Monsieur Mullen. « J’ai fait ce choix à cause de la qualité de la formation, de la diversité des participants, des réseaux à construire, des professeurs de classe mondiale et du renom global de l’Université de Cambridge. »

Monsieur Mullen croit que l’EMBA va l’aider à construire des savoir faire cruciaux pour le bénéfice de sa société actuelle et pour améliorer ses perspectives à long terme.

Père de jumeaux de sept ans, Monsieur Mullen dit que son choix implique des sacrifices en terme de temps passé loin de sa famille, mais qu’il s’efforce de maintenir un équilibre entre travail, études et vie privée.

« Nous avions parlé du programme en détail avec ma femme avant que je m’y engage, » dit-il. « Je m’assure de préserver des moments privilégiés avec ma famille et je prends le temps pour me porter volontaire pour des activités avec l’école une fois par semaine. »

Coût financier

Garder la forme physique est important ajoute-t-il, si on prend en compte les longs vols vers le Royaume-Uni et le décalage horaire. Il essaye de commencer chaque journée avec 10 km de course sur les plages de la Gold Coast au Queensland.

Il fallait aussi prendre en compte un coût financier du programme EMBA et des trajets associés se montant à 140 000 $ australiens.

« Bien que certains programmes soient moins chers, il y en a beaucoup, beaucoup d’autres qui sont largement plus chers que le coût du programme de l’Université de Cambridge, » dit-il.

« Je vois vraiment cette formation comme un investissement pour le futur et j’en touche déjà les dividendes dans l’implémentation au travail des idées glanées lors de ma formation.

A terme, Monsieur Mullen espère que l’EMBA va l’aider à atteindre un niveau de direction générale et à entrer au conseil d’administration.

Un bonus additionnel est que d’ici la fin de sa formation EMBA, Monsieur Mullen aura accumulé plus de 400 000 miles sur le programme de fidélité de sa compagnie aérienne. Il n’est pas sur pour autant qu’il supporte un vol long courrier de plus.

© The Financial Times Limited [2012]. All Rights Reserved.
Not to be redistributed, copied or modified in anyway.
Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times
Limited does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire