SPOC COOC MOOC

SPOC ET COOC : les MOOCs se déclinent dans les entreprises

Sabine Ash | 13/05/2016

À peine croit-on avoir enfin compris ce qu’était un MOOC, (voir pour cela notre article consacré aux MOOC et à leur évolution), que voilà une nouvelle série d’acronymes à comprendre !

Revue de sigles

MOOC : Massive Open Online Course.

COOC : Corporate Open Online Course

SPOC : Small Private Online Course.

La parenté saute aux yeux, dans tous les cas il s’agit de cours en ligne (Online Courses). Tous ces cours appartiennent bien à la même famille d’un courant qui souffle depuis 2012 sur l’apprentissage en ligne, celle des MOOC dont le succès perdure. Entre 2012 et 2015 selon Class Central, 35 millions de personnes dans le monde se sont inscrites à au moins un MOOC et le chiffre a doublé entre 214 et 2015.

Les MOOC pour tous, pour se former tout au long de la vie

Un rappel sur la notion de MOOC. Ce sont :

  • Des cours : ils répondent à des objectifs pédagogiques et suivent un parcours de formation cadré et évalué
  • En ligne : ils sont accessibles via Internet
  • Ouverts : dès lors que l’on a une connexion Internet quel que soit le bagage académique, l’âge, la situation géographique, etc, on peut s’inscrire sans limite à tous les MOOC que l’on veut, en quelques clics. Le nombre de cours en accès libre et gratuit constitue l’offre majoritaire, même si l’offre payante se développe en contrepartie de mentoring (suivi individualisé), certifications ou crédits universitaires (ECTS)
  • Massifs : ces cours sont prévus pour des milliers de participants, et la correction des évaluations est rendue possible par l’automatisation des corrections (quiz, QCM) et l’implication des pairs.

Les MOOC proposent un format d’apprentissage particulier : un programme scénarisé, rythmé par des cours au format vidéo, ponctués d’activités variées, exploitant une grande richesse de formats et contenus (textes, images, vidéos, podcast, webinar), selon un calendrier fixé (le plus souvent) allant de 3 à 10 semaines.

Autre spécificité majeure : le rôle de la communauté. Outre la sollicitation des pairs au moment des évaluations, les MOOC proposent des forums que les participants sont encouragés à utiliser pour s’entraider ou solliciter les organisateurs. Il s’agit de recréer les conditions d’interaction d’une classe (virtuelle) pour rompre l’isolement de l’auto apprentissage et en tirer les bénéfices. On parle aussi de Social learning qui repose sur le principe que « l’on apprend toujours seul, mais jamais sans les autres » (citation reprise par Marcel Lebrun, le 27 mars 2016 sur France Inter dans l’émission Softpower, le magazine des Internet)

Il n’empêche qu’il faut avoir conscience de la charge de travail que représente un MOOC fait sérieusement (3 à 4h par semaine ou plus), et de l’autonomie et de la motivation que cela implique.

Les plateformes de MOOC les plus connues sont : aux États-Unis, Cursera, edX, Udacity ;en France, France Université Numérique (FUN), OpenClassrooms, au Royaume Uni, FutureLearn ; en Espagne, MiriadaX ; en Allemagne, Iversity. (FUN) ou OpenClassrooms, au Royaume-Uni, FutureLearn ; en Espagne, MiriadaX ; en Allemagne, Iversity.

Depuis les contenus académiques issus de grandes universités, l’offre de MOOC s’est diversifiée vers des contenus professionnalisants, de plus en plus développés en partenariats avec des entreprises (cf. les parcours certifiants d’OpenClassrooms ou les nanodegrees d’Udacity). Cette évolution vient une réponse aux attentes des participants soucieux de développer leurs compétences et leur employabilité.

Pour s’y retrouver face à l’abondance de l’offre (Plus de 4200 MOOC fin 2015), des annuaires se chargent de les référencer et rediriger vers les bonnes plateformes :   Class-Central est le plus complet.

Pour ceux qui préfèrent cibler les MOOC francophones, il y a MOOC francophone (justement), ou encore Sup-numérique.gouv.fr, le récent portail du numérique dans l’enseignement supérieur, qui n’affiche que les ressources pédagogiques gratuites.

Et les entreprises dans tout ça ?

L’intérêt suscité par les MOOC auprès du grand public n’a pas échappé aux entreprises, attirées aussi par la nouveauté, la flexibilité, l’image de modernité que véhiculent ces cours en ligne, et soucieuses d’emporter l’adhésion des salariés lors de leurs formations, là où le e-learning n’avait pas franchement séduit.

Elles adaptent l’approche à leurs propres besoins de formation : certaines créent leur MOOC, d’autres les commandent aux nouveaux acteurs de la formation professionnelle qui se sont positionnés sur ce créneau.

Les COOC, version corporate des MOOC.

Les COOC sont des formations calquées sur le format et la démarche des MOOC, mais elles sont issues et portent le label des entreprises privées qui les conçoivent. Ce sont les entreprises généralement déjà dotées en interne d’universités ou académies d’entreprises. C’est le cas d’Orange, par exemple, qui s’est doté, dès 2014, de sa propre plateforme Solerni (signifie « apprendre ensemble » en esperanto).

Les COOC peuvent répondre à une nécessité RH. Ils sont dans ce cas destinés à l’interne. L’intérêt du format est de pouvoir former, à moindre coût, un maximum de salariés partout dans le monde, à leur rythme, d’encourager la collaboration et stimuler l’intelligence collective. Formations sur mesure, ils répondent au plus près aux objectifs de l’entreprise (valeurs, culture, expertise). Bien sûr, les outils de tracking que le numérique met à disposition, permet aussi de suivre au plus près l’activité et les résultats des participants.

Les COOC peuvent aussi s’adresser au grand public. Ces COOC externes ont tout des MOOC.  Selon les cas, ils servent l’image de l’entreprise (cf. les MOOC Culturels d’Orange), diffusent une expertise à l’attention des clients ou évangélisent le marché. Ils sont moins connus du grand public que leurs petits frères les SPOC.

Les SPOC, version réduite et professionnelle des MOOC

Les SPOC tirent – comme les MOOC - leur origine des grandes universités américaines. Au lieu d’être massifs, ils sont réservés, à l’origine, à de petits groupes d’élèves.

Ces « petits cours en ligne privés » ont été conçus dès 2013, en réaction à la difficulté qu’avaient les étudiants à suivre jusqu'au bout des MOOC. Prévus comme une ressource consultée de manière autonome par les étudiants, ils sont exploités en classe avec l’enseignant qui développe les notions, répond aux questions et explique les points difficiles, organise les travaux et évalue. On trouve là une application du principe de la classe inversée et de la formation hybride (mixte, en ligne et présentielle).

C’est sur ce créneau du format réduit des MOOC que se sont positionnés de nouveaux acteurs de la formation professionnelle, conscients de la naissance d’un marché appelant une expertise nouvelle par rapport au e-learning classique.

Conçus pour des groupes restreints, les SPOC se distinguent des MOOC sur quelques autres aspects :

  • Qui dit formation professionnelle, dit formation payante. Ne cherchez donc pas de SPOC gratuits.
  • Ils sont d’abord un service aux entreprises et donc le plus souvent privés. Certains SPOC généralistes sont ouverts au grand public néanmoins et répertoriés dans les annuaires de MOOC.
  • Ils proposent un tuteur identifié et un accompagnement individualisé qui justifie la limitation du nombre de participants. En cela, les SPOC se distinguent également des modules e-learning traditionnels. L’apprenant et sa motivation sont au centre du dispositif, la lutte contre l’abandon et la recherche d’efficacité une priorité.

À la différence des SPOC universitaires, ne vous attendez pas à vous retrouver dans une classe. Tout se passe en ligne.

L’acteur le plus connu sur l’offre de SPOC est Unow avec son offre Captain Spoc.

Mais d’autres start-ups sont bien présentes, comme 360Learning et LearnAssembly qui prennent régulièrement la parole sur la digitalisation des formations et des organisations. Citons encore Neodemia, TheMooCAgency, Coorpacademy ou IonisX.

Pour aller plus loin :

Sur les COOC

Sur les SPOC

  • Denis Moalic, Delphine Termignon, Analyse du marché français des SPOC, septembre 2015.
Le conseil Cursus Pro

Aujourd’hui, les frontières sont poreuses entre MOOC SPOC et COOC. D’autant que les MOOC se professionnalisent et que les acteurs historiques des MOOC s’associent aux entreprises pour concevoir de nouvelles formations. Seuls les COOC internes et SPOC privés vous seront toujours fermés.

Pour ceux qui souhaitent développer des compétences professionnelles recherchées sur le marché, les SPOC et les MOOC d’entreprises peuvent vous intéresser.

Les SPOC n’étant pas gratuits, vérifiez, comme pour les MOOC désormais, s’ils sont ou pas certifiants : si c’est le cas, ils peuvent éventuellement être pris en charge dans le cadre de votre Compte personnel de formation (CPF).

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire