CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Institut Léonard de Vinci : Un centre de formation innovant au coeur de la Défense

Institut Léonard de Vinci : Un centre de formation innovant au coeur de la Défense

Stéphanie Guzman | 11/05/2016

Au sein du pôle universitaire Léonard de Vinci, se niche un Institut spécialisé dans la formation continue et proposant des programmes très pointus dans le secteur du digital, de la santé et du management. Entretien avec Mr Driss Aït Youssef, Docteur en droit et Président de l’ILV (Institut Léonard de Vinci)

Vous avez pris la direction de l’ILV en 2011. Pouvez-vous nous rappeler ce qui a poussé à la création de l’Institut ?

L’Institut Léonard de Vinci (ILV) a été créé en 2002 par l’association Léonard de Vinci (ALDV) groupement de plusieurs écoles d’enseignement supérieur (Ecole de Management Léonard de Vinci, Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci et Institut de l’Internet et du Multimédia). L’objectif pour l’ ALDV était de se doter d’une filiale capable d’accueillir et de développer son activité lucrative notamment de formation continue.

Vous proposez des formations extrêmement pointues comme «  Smart City et Management des écoquartiers » ou «  Performance  Energétique des Process et des Bâtiments ».  Comment faire pour rester toujours en phase avec les attentes des entreprises et des futurs participants ?

L’une des particularités de l’Institut est de réunir régulièrement les acteurs du monde économique pour échanger sur les évolutions de leur marché et par conséquent sur leurs besoins en termes de formation. Cette méthode de partenariat gouverne notre logique de proposer des formations répondant aux besoins définis avec et pour les entreprises. En contrepartie, nos partenaires participent au déroulement de la formation par la mise à disposition d’intervenants et aussi par le recrutement d’apprenants pour des stages ou des emplois.   

La mode est à la micro-formation, c’est à dire à des cycles très courts et ultra personnalisés. Vous inscrivez-vous dans cette tendance ?

Entre ce qui relève d’une réalité conjoncturelle et d’un besoin structurel, il y a un écart. En effet, la réforme de la formation professionnelle de mars 2014 impose des conditions d’éligibilité assez stricte si bien que les formations sans aucune reconnaissance institutionnelle n’ont pas beaucoup de chance de faire l’objet d’une prise en charge. L’un des outils ouvrant droit à une prise en charge de cycles courts est l’inventaire du registre national des certifications professionnelles (RNCP). Sa mise en place a connu des débuts difficiles. Toutefois, les formations courtes restent très privilégiées pour certaines initiatives répondant  à des besoins immédiats comme le développement d’un nouveau produit et la mise en service d’une nouvelle application.   

Vous proposez déjà quelques titres accessibles via la VAE,  allez-vous continuer à développer cette offre ?

Oui, la VAE reste une obligation pour les programmes déposés au registre national des certifications professionnelles. Par ailleurs, la demande d’accès à la VAE ne cesse de croitre pour les professionnels désireux de faire reconnaître leurs compétences par leur employeur ou leur administration. Toutefois, lorsqu’elle est partielle, nous suggérons, fortement, aux candidats d’intégrer une formation en mode part-time, pour plus d’interactions avec d’autres professionnels du même secteur.

Combien d’étudiants accueillez-vous cette année et quels sont des projets pour la rentrée 2016 ?

Notre pôle MBA a accueilli environ 250 personnes soit une progression de 30% des effectifs des apprenants en 2016. Avec nos nouveaux programmes, nous prévoyons d’intégrer près de 330 personnes, l’année prochaine.  

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire