CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Michel Kalika IAE Lyon

L’IAE de Lyon lance à Paris son DBA, international et pragmatique

Clémentine Delignières | 19/10/2015

Après le Luxembourg, la Suisse, la Tunisie, le Sénégal ou le Canada, l’IAE de Lyon et le Business Science Institute proposeront leur Doctorate in Business Administration (DBA) à Paris, dès le printemps 2016. Michel Kalika, responsable pédagogique, détaille l’orientation du programme.

Pourquoi avoir choisi de démarrer une formation dans la capitale ?

Nous sommes déjà présents dans plusieurs pays, avec une vocation internationale. Paris nous semblait un point central.

À qui s’adresse le DBA ?

Le DBA vise des cadres en activité, titulaires d’un master ou un MBA. Leur expérience professionnelle doit être significative (plus de cinq années). Actuellement, la moyenne d’âge s’élève à 46 ans.

Ensuite, la sélection à l’entrée s’opère sur la capacité du candidat à proposer un sujet et à convaincre le jury qu’il a un atout essentiel pour le mener à bien : l’accès au terrain.

Un jeune thésard mettra parfois un an à collecter les données empiriques qui lui permettent de vérifier sa théorie. Pour le doctorant manager, la situation diffère. Il arrive dans le dispositif avec son réseau et un sujet défini, en réflexion depuis longtemps.

Sur quels critères formez-vous l’équipe pédagogique ?

Nous recrutons des professeurs d’université diversifiés, pour correspondre à chaque profil des doctorants. Ils ont déjà dirigé des thèses, publient, possèdent un profil international... Mais avant tout, ils peuvent comprendre des problématiques de manager. Il faut une certaine maturité pour passer des théories à la pratique et de la pratique aux théories.

Comment se déroule un DBA ?

La première année est une formation à la recherche qui permet de préciser le sujet et d’identifier le directeur de thèse. Cinq séminaires de trois jours regroupent les participants, venant d’un peu partout – sur notre cinquantaine de doctorants, nous comptons 18 nationalités différentes !

Les deuxième et troisième années consistent en un suivi doctoral. Le manager lit, approfondit son sujet, collecte des données sur le terrain, etc. Il interagit avec son directeur de thèse au moins une fois par mois. Parfois plus : un des facteurs clés de succès est la régularité.

Durant cette période, on met en place trois regroupements par an, d’une journée. Chaque doctorant y présente l’avancement de ses travaux et un panel de professeurs réagit.

Quel est le poids de cette formation dans une carrière ?

Souvent, les cadres vont vers un DBA pour des motivations personnelles. On sent un besoin de se réaliser, de voir reconnue son expérience…

Mais on remarque, bien sûr, des raisons plus professionnelles. Dans beaucoup d’entreprises, le MBA ou le master s’avère banalisé. Le DBA aide à se différencier, tout en prenant du recul par rapport aux pratiques managériales.

La motivation peut être liée aussi à l’entreprise. Le doctorant va travailler pendant trois ans sur un sujet qui la concerne : une vraie intervention de consulting interne !

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire