Formations cadre santé

Santé : évoluer pour soigner et gérer les risques

Clémentine Delignières | 17/02/2016

Quels que soient la profession et le niveau, la formation continue est essentielle pour exercer des fonctions sanitaires. Elle offre d’intéressantes perspectives, notamment dans les métiers cadres de la gestion de risques.

D’aide-soignant à infirmier

Noëlle Raynier gère la formation professionnelle au sein de la Fédération santé action sociale CFE-CGC. D’emblée, elle évoque le parcours le plus fréquent : « On voit beaucoup d’aides-soignants suivre des cursus pour devenir infirmiers. »

Déjà au chevet des malades, ces professionnels acquièrent de nouvelles responsabilités en se tournant alors vers un diplôme d’État, accessible dans de nombreux Instituts de formation en soins infirmiers. Attention toutefois : le programme dure trois ans. Un Congé individuel de formation (CIF) s’avère indispensable.

Spécialisations médicales

Plus haut dans la hiérarchie, les médecins peuvent décider de donner une impulsion à leur carrière en acquérant des spécialisations. L’université Paris-Est Créteil, notamment, propose une grande variété de formations, de quelques mois à deux années. Parmi elles, des DU d'anesthésie loco-régionale, de techniques micro-chirurgicales ou de procédures de soins en gériatrie.

On trouve aussi de nombreux modules, grâce à un dispositif récent. Depuis le 1er janvier 2013 est entré en vigueur le Développement professionnel continue. Toutes les personnes exerçant un métier lié à la santé ont l’obligation de se former chaque année, pendant quelques jours (informations sur le site de l’organisme gestionnaire, www.ogpc.fr).

Devenir cadre de santé

Autre évolution courante : de nombreux infirmiers et, dans une moindre mesure, des kinésithérapeutes, passent un diplôme de cadre de santé. « Cette étape se réalise souvent par le biais de la formation continue, explique Noëlle Raynier. Ils apprennent à gérer un planning, manager une équipe… On trouve peu de jeunes diplômés à ces postes d’encadrement. » À un autre niveau, des médecins ou des pharmaciens s’intéressent également à ces programmes cadres.

Dans ce domaine de gestionnaires, des certificats et des modules voient le jour. Il s’agit d’excellents compléments, sur des thèmes précis : lean management, télé-médecine… Mais ils sont exceptionnels : « Je ne perçois pas encore une forte demande des professionnels, précise Noëlle Raynier. On en est aux balbutiements, ce secteur se développe. Les formations longues, un ou deux ans avec un CIF, restent les plus adaptées. »

La gestion des risques s’avère très répandue. Une fonction rendue obligatoire dans un décret de 2010, pour les établissements de santé. Les cadres sont donc très recherchés par les recruteurs, pour améliorer la qualité des soins, se conformer aux réglementations et faire preuve d’une grande vigilance.

Voici, dans le détail, quelques-unes de ces formations.

Mastère spécialisé Gestion des risques et de la sécurité des établissements et réseaux de santé - CentraleSupélec
Durée : 2 ans (73 jours)
Conditions d’admission : Bac + 5 ou Bac + 4 avec 3 années d’expérience
Tarifs : 14 500 €
Cette formation affiche un taux d’intervenants issus de l’entreprise de 80 %.

Executive mastère spécialisé Gestion des risques en milieu de soins – Institut pour une culture de sécurité industrielle (ICSI)
Durée : 2 ans (sur la base d’un séminaire de 4 à 5 jours par mois)
Conditions d’admission : professionnels de santé à Bac + 5. Le programme est le résultat d'une collaboration entre l'ICSI, l'Institut national polytechnique de Toulouse et l'Institut national des sciences appliquées de Toulouse.

Master Santé, parcours Gestion des risques associés aux soins – UPEC
Durée : 2 ans
Conditions d’admission : au minimum Bac + 3. Médecin, pharmacien, directeur d'hôpital, cadre de santé, infirmier, ingénieur…
Le diplôme valide l’acquisition de connaissances telles que l'épidémiologie des risques associés aux soins, les mesure de la qualité et de la sécurité, les méthodes d’analyse…

Diplôme d’université Qualité et gestion des risques en établissements sanitaires – Université de Montpellier
Durée : 10 mois (200 heures, un module par mois de 3 jours consécutifs)
Conditions d’admission : cadre dirigeant des établissements de santé, médecin, pharmacien, cadre infirmier…
Tarifs : 4 075 euros
Ce diplôme a été créé en partenariat avec le Centre d’études supérieures en économie et gestion hospitalière. Il sanctionne une formation assurée conjointement par des universitaires et des professionnels de la santé.

Diplôme d'université Gestion des risques en établissements de soins – Université de Picardie Jules Verne
Durée : une année (105 heures d'enseignement, 7 modules de 1 à 3 jours)
Conditions d’admission : Bac + 3. Professionnel de santé amené à prendre des responsabilités, qualiticien recruté dans les établissements de santé qui n'a pas ou peu d'expérience sanitaire…
Tarifs : 1 500 euros
Cette formation se clôt sur la soutenance d’un mémoire. Aspects juridiques et assurantiels, ainsi que gestion de crise, figurent parmi les modules.

Diplôme d’université Analyse et gestion des risques en santé – Université Paris Descartes
Durée : une année (100 heures)
Conditions d’admission : praticien hospitalier, assistant spécialiste des hôpitaux, chef de clinique, interne, industriel du médicament…
Tarifs : 2 200 euros
Ce DU permet d’apprendre à mettre en œuvre des projets, utiliser des méthodes d’analyses et des modèles pour créer un plan de gestion des risques, établir un catalogue des paramètres de sécurité…

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire