CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Sélection à l'entrée du master universitaire votée à l'Assemblée Nationale

La sélection à l’entrée du master prévue pour 2017

Stéphanie Guzman | 23/12/2016

La réforme du master a été votée lundi 19 décembre 2016 à l'Assemblée nationale mais suscite toujours de nombreuses interrogations. CursusPro revient sur le dossier.

Ces dernières années, les étudiants étaient de plus en plus nombreux à se voir refuser une place en 2ème année de master, une sélection s’opérant entre la 1ère et la 2ème année. Résultat des courses, le Conseil d’Etat, suite aux procès intentés par des étudiants recalés, avait fini par déclarer la sélection en master illégale en février 2016. Des décrets avaient par la suite été publiés afin de lister les formations pour lesquelles ladite sélection était au final autorisée. Bref, la situation était devenue ubuesque.

Nos députés viennent donc de trancher : la sélection sera autorisée à compter de 2017. Concrètement, la loi sera très prochainement promulguée, ce qui permettra à la réforme d’entrer en application pour la prochaine rentrée universitaire.

Une réforme, deux principes

La réforme repose sur deux principes. Premier principe : les universités peuvent choisir leurs étudiants à l'entrée en master et non plus entre la première et la deuxième année. Cette sélection s’opère via concours ou sur examen de dossier. Le master va en conséquence pouvoir être reconfiguré au niveau pédagogique sur quatre semestres, conformément au système européen LMD (licence, master, doctorat).

Deuxième principe : les étudiants bénéficient d'un droit à la poursuite d'études. En pratique, celles et ceux qui n'ont pas obtenu de place dans le master 2 de leur choix peuvent se voir proposer une autre inscription. Le recteur de la région académique, que le gouvernement considère comme « le garant » du droit à la poursuite d'études, devra leur faire trois propositions. Cette liste de propositions tiendra compte de l'offre de formation existante, des capacités d'accueil, du projet professionnel de l'étudiant, de l'établissement où celui-ci a obtenu sa licence et des pré-requis des formations.

Un principe difficile à mettre en oeuvre

Ceci reste assez flou et reviendrait de facto pour les universités à classer leurs propres masters. La manière dont la réforme va être mise en place suscite donc de très nombreuses interrogations.

Des dérogations sont d’ors et déjà prévues, notamment pour les facultés de droit et de psychologie qui auront la possibilité de n’appliquer la réforme qu’à la rentrée 2018.

Des polémiques à venir

Selon le gouvernement, cette proposition de loi achève la réforme "Licence, Master, Doctorat" (LMD) adoptée il y a près de 15 ans en mettant fin à une situation incohérente entre la première année de master et la seconde.

Si elle offre, pour reprendre les communiqués gouvernementaux, « des garanties de clarté et de continuité aux établissements et aux étudiants », les polémiques liées à la réforme vont bon train: risque de dévalorisation de certains masters, calendrier de mise en œuvre trop court…

En attendant que les choses se mettent en place, les étudiants auront accès à une plateforme dédiée ( Trouvermonmaster.gouv.fr, ouverture du site prévue à fin janvier 2017) où figureront les 3000 masters existants avec des informations pratiques sur le contenu et les conditions d’admission.

Le futur site est déjà très critiqué par certains professionnels qui voient dans cet outil, un simple moyen de gérer les dossiers des étudiants recalés en entrée de master.

S’il est certain que de nombreux arbitrages restent à faire au niveau de la réforme, on peut tout de même saluer la création de ce site officiel qui aura l’avantage d’offrir un panorama complet des formations de 2ème cycle.

De fait, il s’agira d’un outil d’information bien pratique pour les étudiants en formation initiale mais également pour les étudiants en formation continue ou ceux souhaitant faire une VAE ou VAP.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire