CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Formation continue : la qualité au cœur du débat.

Formation continue : la qualité au cœur du débat.

Stéphanie Guzman | 23/06/2016

Depuis la loi du 5 mars 2014, les OPCA n’ont plus seulement la mission de financer la formation continue mais il leur appartient également de vérifier la qualité des formations, l’idée derrière la loi étant d’améliorer la lisibilité de l’offre de formation et d’inciter les prestataires de formation à donner davantage d’informations utiles aux financeurs et aux bénéficiaires.

De la nécessité de créer des grilles d’évaluation

Le marché de la formation est aujourd'hui très difficile à lire pour les personnes qui souhaitent suivre ou acheter une formation. La qualité est très hétérogène; la profusion de l'offre et le manque de critères stables rendent le marché très peu lisible",  avait estimé l’ancien ministre du Travail, François Rebsamen, dans un communiqué le 1er juillet 2015 à l’occasion d’un décret paru le même jour.

Ce décret fixe plus en détail les contrôles à exercer a priori et à posteriori. Quels outils ? Quelles méthodologies ? Quels indicateurs ? Cela reste encore à découvrir mais le cadre est donné et il est large car les  OPCA doivent exercer leur contrôle sur les objectifs de la formation, les dispositifs d’accueil, le suivi pédagogique et l’encadrement  mais aussi sur la qualification professionnelle des formateurs, ainsi que sur la qualité de l’information communiquée par l’organisme. Les appréciations données par les stagiaires à l’issue de la formation doivent également être pris en compte.

Concrètement, les organismes financeurs c’est à dire c’est à dire les OPCA, OPCACIF, les régions, le Fongecif ou encore Pôle Emploi devront s’assurer lorsqu’ils financent une action de formation professionnelle continue, de la capacité du prestataire de formation à dispenser une formation de qualité en veillant à l’adéquation financière des prestations achetées aux besoins de formation, à l’ingénierie pédagogique, à l’innovation et aux tarifs pratiqués. Les financeurs auront ainsi la possibilité de demander des précisions sur un prix de formation très éloigné des tarifs pratiqués pour des prestations équivalentes ailleurs sur le territoire.

Les organismes financeurs devront également recenser sur un catalogue de référence  accessible à tous,  la totalité des prestataires de formation qui remplissent ces conditions.

Vers une certification généralisée des organismes de formation ? 

La parution de ce décret qualité s’apparente à une véritable révolution à la fois pour les organismes financeurs mais aussi pour les centres de formations. Et de nombreuses questions sont en suspens. Si certaines écoles de taille importante ont choisi de faire appel à un organisme certificateur de type AFNOR, d’autres s’interrogent encore sur la manière dont elles vont répondre à ces nouvelles obligations.  Certains professionnels s’interrogent sur le risque de concentration du secteur, ces nouvelles obligations risquant de peser lourdement sur les écoles et centres de formation de petite taille ainsi que sur les formateurs indépendants.

En pratique, la certification ne sera pas obligatoire puisque ce serait porter atteinte aux règles de la concurrence et les prestataires de formation pourront ainsi apporter par tous moyens la preuve qu’ils respectent les critères de qualité qu’ils soient ou non certifiés ou labellisés. Il n’en demeure pas moins que disposer de ces certifications facilitera grandement le travail des OPCA et qu’elles risquent donc de se généraliser.

Les pouvoirs publics ont octroyé dix huit mois aux différents acteurs pour se mettre à niveau et ces nouvelles normes n’entreront en application qu’au 1er janvier 2017. D’ici là les organismes financeurs auront adopté des grilles communes d’évaluation des critères qualité mais surtout les catalogues des formations existantes seront normalement tous en ligne pour le plus grand bénéfice des services RH des entreprises mais aussi des salariés qui souhaitent utiliser leur CPF en toute autonomie.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire