CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Faire un bilan de compétences

Faire un bilan de compétences : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Raphaëlle Pienne | 16/03/2017

Quels sont les objectifs du bilan de compétences ? Comment se déroule-t-il ? Et comment le financer ? Retrouvez nos réponses et nos conseils.

Créé au début des années 90, le bilan de compétences est l’un des droits à la formation les plus connus et les plus sollicités : il y en aurait environ 50 000 réalisés chaque année en France. Les carrières moins linéaires, les mutations plus rapides des métiers ou la volonté d’être davantage maître de sa vie professionnelle sont autant de raisons qui peuvent expliquer ce succès. Si vous aussi vous vous interrogez sur l’opportunité de réaliser un bilan, voici quelques informations à connaître avant de se lancer.

A quoi sert le bilan de compétences ?

Le bilan de compétences est une démarche personnelle, permettant de faire le point à un moment donné sur ses acquis, ses aptitudes et ses motivations pour mieux se projeter dans l’avenir. Bref, c’est à la fois un moyen de mieux se connaître et un véritable outil d’aide à la décision.

Le bilan est souvent réalisé pour amorcer un changement professionnel, qu’il s’agisse de se reconvertir ou d’évoluer vers un nouveau poste. Mais, et cela est moins connu, il peut également apporter une réponse dans d’autres situations : perte de sens ou mal être au travail, besoin de reprendre confiance en soi, volonté d’être plus performant dans son métier, etc.

A noter : le bilan de compétences peut s’articuler avec le conseil en évolution professionnelle (CEP). Soit en amont de la démarche : le CEP permettra de valider que l’on a effectivement besoin de faire un bilan ; soit après celle-ci : le CEP peut par exemple aider à trouver les moyens de financer une formation identifiée lors du bilan.

Combien de temps dure-t-il ?

Lorsqu’il est financé dans le cadre d’un congé formation (voir ci dessous « comment financer son bilan ? »), le bilan de compétences est limité à 24 heures. La démarche, dont la durée totale dépendra des besoins de chacun, s’inscrit dans tous les cas sur un temps relativement long.

Un bilan de compétences se répartit en effet en plusieurs entretiens, généralement de 2 à 3 heures, étalés sur 1 à 4 mois. L’idéal sera donc d’avoir quelques disponibilités au moment de se lancer, d’autant que des travaux de recherche sont souvent à réaliser en parallèle du bilan.

A noter : un bilan de compétences modulaire est en cours d’expérimentation jusqu’à fin 2017. D’une durée plus courte (une dizaine d’heures pour un module), il permet de répondre à des besoins plus spécifiques : valider un projet professionnel précis, gérer une situation de difficulté au travail, identifier et valoriser ses compétences, etc.

Comment se déroule-t-il ?

Le bilan de compétences est une démarche réglementée, qui doit respecter trois phases définies dans le Code du Travail : une « phase préliminaire » pour s’informer et définir ses besoins, une « phase d’investigation » pour analyser ses motivations et ses intérêts, déterminer ses compétences et envisager ses possibilités d’évolutions professionnelles, et une « phase de conclusions » qui est l’occasion d’un bilan et de l’élaboration d’un plan d’actions.

Si tous les prestataires de bilan de compétences se doivent de respecter ce déroulement, ils adaptent ensuite le dispositif avec des méthodes et des outils qui leur sont propres. En complément des entretiens, les bénéficiaires d’un bilan peuvent ainsi être amenés à répondre à des questionnaires, faire des tests de personnalité, se documenter, faire des enquêtes métiers, etc.

A noter : il existe environ 800 prestataires de bilan de compétences en France, qui peuvent être des centres interinstitutionnels de bilans de compétences (CIBC), des organismes privés, des associations... Pour choisir le bon centre de bilan, il est conseillé de se renseigner en amont sur la méthodologie utilisée et de rencontrer le conseiller qui sera chargé de son accompagnement.

Comment financer son bilan de compétences ?

Le coût d’un bilan de compétences peut varier entre 1 000 et 3 000 euros, mais plusieurs possibilités de financement existent. Une nouveauté, depuis le 1er janvier 2017, est qu’il est désormais possible de mobiliser son compte personnel de formation (CPF). Pour pouvoir être financé par le CPF, le bilan doit être délivré par un prestataire satisfaisant  aux critères de qualités de la formation et figurant sur la liste des centres de bilan agréés d’un OPACIF.

Les salariés peuvent également demander un financement du congé bilan de compétences auprès de l’ OPACIF dont ils dépendent. Pour accéder à ce congé, il leur faut justifier de conditions d’ancienneté suffisantes : 5 ans d’activité salariée, dont 1 an dans son entreprise, pour les salariés en CDI et 24 mois d’activité salariée, dont 4 mois en CDD au cours des 12 derniers mois, pour les salariés en CDD.

Les salariés, lorsqu’ils souhaitent associer leur employeur à leur projet, peuvent aussi demander à ce que leur bilan soit financé dans le cadre du plan de formation de l’entreprise. Enfin, les demandeurs d’emploi peuvent demander à Pôle emploi un financement de leur bilan dans le cadre de l’Aide individuelle à la formation (AIF).

Le conseil Cursus Pro

Les demandes de financement du congé bilan de compétences sont très souvent acceptées (plus de 90 % des demandes acceptées en 2014, selon le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels). Les salariés justifiant d’une ancienneté suffisante et répondant aux critères de priorité de prise en charge de leur OPACIF ont donc intérêt à solliciter d’abord cette solution, plutôt que de mobiliser immédiatement leur CPF pour financer leur bilan de compétences.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire