CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

VAE collective

VAE collective : une démarche gagnant gagnant

Stéphanie Guzman | 06/06/2016

Permettre à plusieurs salariés de se lancer conjointement dans le processus d’obtention d’un diplôme par la validation des acquis de l’expérience : tel est le principe de la VAE collective. 

Un projet de VAE à l’initiative de l’entreprise.

Dans une entreprise, il n’est pas rare que certains salariés occupent un emploi ne correspondant pas à leur formation initiale. Qu’ils aient été embauchés sans qualification (un tiers de la population française possède, au maximum le brevet des collèges) ou avec une qualification ne correspondant pas à la spécialité de leur métier, ils ont pourtant au fil de leur expérience acquis une expertise que leur employeur pourra chercher à faire reconnaître en mettant en place une démarche collective de VAE .

Le principe de la « VAE collective » ? Une entreprise peut proposer à plusieurs de ses salariés, exerçant ou non le même métier, de se lancer en même temps dans un processus de validation des acquis de leur expérience pour obtenir un diplôme, un titre professionnel ou une certification reconnue.

En la matière, il existe autant de possibilités que de  certifications et de métiers : une marque de restauration rapide pourra proposer de valider un BTS MUC à ses managers, une entreprise de transport un Bac pro logistique à ses chefs d’équipe, une chaîne d’hôtels un Bachelor d’école de commerce à ses directeurs d’établissements, etc.

Les objectifs poursuivis varient également d’un employeur à l’autre. La VAE collective sera pour certains un moyen de fidélisation des salariés, pour d’autres un outil au service d’une politique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Dans des secteurs en crise, elle pourra aussi être mobilisée pour accroître la capacité de reconversion des salariés.

Quelles différences avec la VAE individuelle ?

Du point de vue de la loi la VAE, qu’elle soit collective ou individuelle, demeure un même et unique dispositif : mêmes conditions de durée d’expérience préalable requise, mêmes étapes à franchir pour obtenir la certification visée.

Mais dans le cas d’une VAE collective, c’est l’entreprise qui fait le choix de la certification ou du diplôme qu’elle proposera à certains de ses salariés de valider. C’est elle également qui décide des modalités de l’accompagnement à la réussite de la démarche : organisation d’ateliers en interne ou en externe, désignation de tuteurs ou de référents VAE, mise en place de modules de formations complémentaires, etc.

Avec la VAE collective, l’employeur doit ainsi effectuer un travail important en amont (pour identifier la bonne certification, les salariés cibles, les prestataires chargés de l’accompagnement) et pendant toute la durée de la démarche. C’est sans doute cet investissement partagé qui explique les très bons résultats en VAE collective, avec plus de 85 % des personnes validant la certification visée contre moins de 60 % en VAE individuelle.

Pourquoi accepter de s’engager dans une VAE collective ?

Contrairement à une formation réalisée dans le cadre du plan de formation , un salarié a la possibilité de décliner une proposition de VAE de son employeur.  La VAE reste  en effet un droit individuel : la démarche ne pourra pas être mise en place sans son consentement et il ne risquera aucune sanction en cas de refus. Cette liberté de choix est d’autant plus essentielle qu’une démarche de VAE, même lorsqu’elle est à l’initiative de l’employeur, exige de fournir un important travail personnel à  effectuer en partie sur son temps libre.

Mais accepter de s’engager dans une VAE comporte des avantages. L’obtention d’une certification reconnue est  d’abord gage de reconnaissance, à la fois personnelle et professionnelle, et d’une meilleure employabilité. Dans le cas d’une VAE collective, on profite en outre d’une démarche qui a l’approbation de l’entreprise et son soutien financier (avec éventuellement un co-financement via le CPF ).  Souvent enfin, la solidarité et l’émulation collective avec ses autres collègues effectuant une VAE en même temps que soi-même est susceptible d’augmenter ses chances de succès.

Une démarche qui présente des atouts pour l’employeur.

Pour les entreprises, le premier argument en faveur de la VAE collective est financier. Permettre à ses salariés d’obtenir une certification par la VAE se révèle en effet bien plus économique que par la formation professionnelle et se traduit également par moins d’absences au poste. Sur le plan de leurs obligations légales ensuite, la VAE est une manière de répondre à leur mission d’accompagnement de l’évolution professionnelle des salariés.

Mais l’expérience a également révélé d’autres atouts de la VAE collective : une remobilisation des salariés, une augmentation de leur sentiment d’appartenance à l’entreprise, ainsi qu’une meilleure efficacité grâce à une meilleure connaissance de leur métier. Le gain se fait également en matière d’image, avec un renforcement de l’attractivité de l’entreprise aussi bien en interne qu’à l’externe.

Pour aller plus loin

Etude du Garf, Les démarches collectives de VAE : territoires, enjeux, pratiques et clés de réussites, juin 2015.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire