CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

MBA FULL TIME CLASSEMENT 2016

Les MBA d’INSEAD et d’HEC en légère perte de vitesse

Stéphanie Guzman | 14/10/2016

The Economist vient de publier son fameux classement des 100 meilleurs MBA Full Time pour l’année 2016.

Même si Chicago Booth reste en tête cette année et que les institutions américaines - Kellogg, Darden, Havard, Stanford-continuent de dominer le classement, cette édition apporte tout de même son lot de surprises.

Côté français tout d’abord : HEC et INSEAD perdent quelques places au classement général. En effet, HEC qui occupait la 5ème place en 2015 passe en 9ème position tandis que l’INSEAD perd 5 places et se retrouve 13 ème. Rappelons tout de même que la célèbre école de Fontainebleau est classée en 1ère position du classement du Financial Times.

Mais tout n’est pas noir pour nos écoles françaises dans ce classement 2016: Audencia Nantes fait pour la première fois son apparition dans le palmarès en 94ème position et l’ EDHEC se hisse à la 24 ème place, l’école étant en progression constante depuis 4 ans. En gagnant 10 places cette année, l’EDHEC voit son MBA figurer parmi les grands gagnants du classement aux côtés de SDA Bocconi ou de WHU Beisheim.

Le MBA d’ EMLYON conserve sa 75 ème position et le MBA de l’ Ecole de Management de Grenoble progresse de quatre places pour atteindre le rang 80.

Du côté des très grands perdants, il faut noter la dégringolade des programmes développés par quelques institutions précédemment très bien classées comme l’ESADE, l’ IIM Ahmedabad, Macquarie en Australie ou encore la très cotée St Gallen. Leurs programmes de MBA perdent entre 18 et de 30 places au classement.

Au lendemain de sa publication certains observateurs relèvent comme à chaque publication que la méthologie utilisée malgré la  vingtaine d’indicateurs utilisés, est loin d’être parfaite. Le site internet Poets & Quants va même jusqu’à qualifier le classement de 2016 de « bizarre » relevant que certaines écoles intègrent le palmarès sans avoir fourni une seule information aux équipes de The Economist.

Le journal économique est conscient de ces polémiques et indique que les classements qu’il publie sont volatiles et doivent être utilisés avec précaution.  

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire