CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

INSEAD et HEC, deux MBA à privilégier pour les futurs financiers

INSEAD et HEC, deux MBA à privilégier pour les futurs financiers

Stéphanie Guzman | 29/05/2017

Le Financial Times vient de publier un tout nouveau classement qui met en avant les 50 meilleurs programmes de MBA au monde dans le domaine de la finance. Il ne s’agît pas d’un classement des MBA spécialisés dans ce secteur d’activité. Le quotidien britannique a, au contraire, voulu mesurer quels étaient les programmes généralistes devenus incontournables. 

Parmi les 13 critères étudiés figurent le nombre de publications des écoles de commerce dans les principaux journaux financiers mais également la part des diplômés travaillant dans le secteur suite à l’obtention du diplôme. Bien entendu, le principal critère reste la rémunération et Stanford domine sans surprise le palmarès avec un salaire moyen de 266 000 dollars pour les diplômés du MBA ayant choisi de travailler dans la finance à l’issue du programme.

Seules deux écoles françaises intègrent le classement : il s’agit de l’INSEAD et d’HEC.

Si les rémunérations sont inférieures à celles obtenues par les diplômés de Stanford (1er), Harvard (2ème) ou de Judge Cambridge (3ème), elles n’en demeurent pas moins très confortables. Selon l’étude, un diplômé de MBA de l’INSEAD (6ème) travaillant dans la finance peut prétendre à un salaire de 192 000 dollars. Ce montant est de 133 000 dollars pour un diplômé d’HEC (26ème).

A noter, les deux écoles françaises obtiennent les meilleures notes au niveau de la mobilité internationale des diplômés. Ceux-ci auraient en effet tendance à aller exercer leurs talents de financiers hors de l’Hexagone. L’étude porte sur les diplômés de 2013 et on peut donc légitimement se demander si ce phénomène va persister. La City et Wall Street ont, ces derniers mois, quelque peu perdu de leur attrait et l’arrivée à la présidence française d’un ancien locataire de Bercy pourrait bien changer la donne.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire