CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Choisir entre MBA et EMBA

MBA ou EMBA….deux formations d’exception

Stéphanie Guzman | 01/09/2015

Executive MBA et MBA sont deux formations de haut niveau. Choisir entre les deux  se fait théoriquement en fonction du parcours professionnel de chacun : l’un étant principalement réservé aux « seniors » et l’autre aux « juniors ». Outre le fait que cette dernière classification n’a pas toujours de sens, on s’aperçoit dans les faits que l’arbitrage s’opère principalement sur des critères de disponibilité (mi-temps/plein temps) et de budget. C’est aussi une question de timing. 

Temps plein ou temps partiel ?

La première formation EMBA a vu le jour en 1943 à Chicago. A l’époque le diplôme visait déjà les cadres supérieurs dotés d’une solide expérience professionnelle (plus de 8 ans et jusqu’à 15 ans pour certaines écoles) et désireux d’accéder rapidement à des postes de top management. Le public visé par les EMBA est composé de ce que l’on nomme dans les pays anglo-saxons, les « High Po », pour « hauts potentiels ». Les cours d’un EMBA seront principalement en anglais. Un très bon niveau est donc nécessaire à la fois pour réussir les tests d’entrée et pour suivre la formation.

Les MBA dont le premier a été créé à Harvard au début du siècle dernier, forment des étudiants de manière plus opérationnelle. Ces cursus d’exception s’adressent ainsi à des personnes plus jeunes, désireuses de développer des compétences en management tout en acquérant les fondamentaux du monde des affaires, le tout dans un contexte international.

Certains contenus restent communs aux deux programmes (gestion, finance internationale, marketing, innovation…) mais dans les EMBA outre que les cours théoriques seront plus approfondis, l’accent sera davantage mis sur les « softs skills » tels que le leadership ou le développement personnel. La résolution de cas pratiques en petits groupes est une partie intégrante des deux formations.

L’âge moyen est naturellement légèrement plus élevé en EMBA (35 ans en moyenne) qu’en MBA où les candidats ont généralement moins de 30 ans.

L’avantage du EMBA est la possibilité de mettre en pratique immédiatement ce que l’on apprend pendant ses week-end ou ses congés, ce qui peut d’ailleurs inciter l’entreprise à financer tout ou partie de la formation. Une participation parfois indispensable car les coûts d’un EMBA sont plus élevés que ceux d’un MBA. Autre avantage du EMBA : «l’étudiant » continue à percevoir son salaire pendant les 18 mois que dure en moyenne la formation.

Certains MBA existent également en version temps partiel ce qui permet également de conserver son activité professionnelle.

La valeur des MBA et des EMBA varie d’une école à l’autre et la concurrence est rude pour attirer les meilleurs éléments. Ce n’est pas parce qu’on paie cher qu’on est assuré d’avoir son diplôme. Pour preuve le site de Dauphine qui précise sur son site que son « EMBA ne s’achète pas » et qu’il faudra travailler dur » laissant planer quelques sous-entendus au sujet de certains de ces concurrents.

Que ce soit pour le EMBA ou le MBA, les mêmes points sont à étudier avec attention avant de faire son choix: cursus généraliste ou spécialisé, plus ou moins axé vers l’international, avec ou sans séminaires à l’étranger, importance du réseaux des anciens, présence de labels et surtout classement. Ce dernier point est essentiel car il convient de ne pas se tromper sur le retour sur investissement (ROI)

ROI is the KEY

Viser un EMBA ou MBA est un investissement et l’idée est de le rentabiliser dans les meilleurs délais avec une nette progression de salaire à l’issue de la formation pour les EMBA ou un salaire d’embauche attractif pour les étudiants plus jeunes. Une grande vigilance est nécessaire pour ne pas se retrouver à rembourser un emprunt pendant de longues années. Faire un MBA ou un EMBA, est un choix de vie : à court terme parce qu’il faut beaucoup travailler. A long terme car pour le financer, les candidats sont souvent obligés de reporter d’autres projets personnels (achat immobilier par exemple).

L’appellation MBA ou EMBA n’est pas protégée et toutes les écoles peuvent proposer ces formations. En pratique, tarifs et qualité des cours varient de manière colossale.

L’ EMBA de l’ESG Paris est à 17 000 euros, celui de Dauphine à 31 500 euros tandis que ceux de la London Business School ou du Chicago Booth dépassent les 100 000 euros.

Se payer une voiture de course pour rouler sur des routes départementales n’ayant pas beaucoup de sens, si vous n’envisagez pas une carrière à l’international, optez pour un cursus en France avec un séminaire à l’étranger de quelques semaines. Cela suffira amplement. A l’inverse, si l’expatriation figure au programme, visez un cursus étranger notamment en Asie.

Last but not least : Ne vous leurrez pas, il ne suffit pas de pouvoir financer un prestigieux MBA ou EMBA pour être accepté. La sélection reste rude.

zone blanche
Le conseil Cursus Pro

Même si un MBA ou un EMBA peut vous permettre de gravir les échelons rapidement et d’accéder à des postes de top management, la route est longue et coûteuse. Ne vous décidez pas à la légère. Les deux demandent un engagement sans faille et plus encore pour les EMBA pour lequel le candidat doit sacrifier ses vacances et week-ends tout en restant performant dans son poste… le tout en ayant parfois des responsabilités familiales.

Dans certaines situations, il peut être intéressant d’opter des MBA hybrides avec une partie de cours réalisés à distance. ( Cf notre article sur la FOAD). Une autre piste à explorer est celle des Mastères spécialisés Marketing et Finance.

En attendant de faire votre choix, Cursus Pro vous conseille de lire « Personal MBA, Master the Art of Business » de Josh Kaufman, qui est une excellente entrée en matière.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire