CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

AMAZON fait son marché chez les diplômés de MBA

AMAZON fait son marché chez les diplômés de MBA

Jonathan Moules | 12/05/2017

Dans la région de San Francisco ou dans le quartier de Shoreditch à Londres, quitter l’université pour lancer son entreprise est plutôt courant et tendance. Mais certains font un choix différent et décident de travailler pour une entreprise technologique bien établie.

Aux côtés de Google et d’Apple, Amazon figure aujourd’hui parmi les plus gros recruteurs de diplômés en provenance des meilleures écoles de commerce mondiales, celles dites du 1er tiers (c’est à dire classées dans le premier tiers du classement du Financial Times). En cela, Amazon rivalise avec les traditionnels recruteurs du secteur que sont les banques d’investissement. L’an dernier, seuls les grands cabinets de consulting ont embauché plus de diplômés de Berkeley Haas Business School et de London Business School, que le géant du e-commerce. Le distributeur a même été le premier recruteur de diplômés de MBA en provenance de la Michigan Ross School en 2016.

 

Des recrutements en forte progression

Miriam Park, diplômée d’un master en management de MIT Sloan, est directrice du programme de recrutement grandes écoles chez Amazon. Son équipe a recruté l’an dernier plusieurs centaines de diplômés de MBA à travers le monde. Elle s’est refusée à donner un chiffre précis mais a indiqué que le nombre de candidats recrutés, titulaires d’un MBA, avait cru de 30 % par rapport aux 12 mois précédents. « Je ne vois pas ce taux baisser à court terme », précise-t-elle.

Selon Transparent Career, une société qui recense et agrège des données sur les diplômés de MBA et notamment sur leur premier poste, les salaires d’entrée chez Amazon vont de 137 000 dollars pour un programme manager à 180 000 dollars pour un product manager senior. Ces sommes incluent les bonus à la signature.

Ces montants sont à comparer avec les 165 000 dollars de salaire moyen obtenus par les diplômés qui choisissent la voie du consulting et 170 000 dollars pour ceux qui optent pour un premier poste dans une banque d’investissement.

« Ce qui nous intéresse chez les diplômés de MBA, c’est qu’ils veulent créer, construire et prendre des risques » indique Miriam Park. « Ils savent s’adapter, ils ont ce que j’appellerai une bonne capacité à gérer l’ambiguïté. Si vous couplez cela avec des profils qui ont un vrai penchant pour l’analyse, vous avez la configuration parfaite. »

« Chez Amazon, nous travaillons à l’envers, c’est à dire en partant du consommateur » dit-elle. « Cela requiert des salariés qu’ils sachent analyser en profondeur et qu’il se posent la question de savoir ce que nous enseignent les data à leur disposition ».

 

Une dimension internationale qui attire

Amazon est partenaire du Multidisciplinary Action Project . Ce programme qui fait partie intégrante du MBA, permet à un groupe d’étudiants de passer 7 semaines chez Amazon, et donne la possibilité à chacun, étudiant et employeur, de valider s’ils souhaitent travailler ultérieurement ensemble, indique Damian Zikakis, directeur du service des carrières à l’université de Ross.

Si Amazon exerce aujourd’hui un pouvoir d’attraction plus élevé que d’autres sociétés, c’est, selon Mme Park, du fait de sa dimension internationale : Amazon a des activités e-commerce dans 11 pays et des consommateurs dans 185.

« Si le participant au MBA effectue son cursus en Amérique du Nord mais souhaite travailler en Inde, en Chine ou à Londres, nous mettons les équipes en contact, de manière à ce que cela se produise. »

L’intérêt d’Amazon pour les diplômés de MBA reflète en partie sa propre évolution : entre la start-up des années 90 et la multinationale actuelle – une des premières si on se réfère à sa capitalisation boursière -, il a fallu des personnes capables de développer des stratégies, diriger des équipes projet, et élargir l’offre de services.

Mais la taille d’Amazon lui apporte aujourd’hui son lot de critiques.

En adoptant une stratégie de recrutements basée sur l’embauche de diplômés de MBA, le distributeur a adopté un modèle calqué sur les banques et sociétés de conseil, selon Bhavik Trivedi, associé chez Critical Square, société de conseil pour les candidats désireux d’effectuer un MBA.

« Ils intègrent des personnes de très haut niveau, les pressent et les essorent en 2 à 4 ans » selon Mr Trivedi. « Certains vont rester, d’autres seront remplacés ». Amazon ne prendrait pas la peine de développer ses nouveaux talents ? Mme Park ne partage bien entendu pas cette opinion. Elle ajoute d’ailleurs que le spécialiste du e-commerce gère plusieurs programmes internes permettant d’avancer dans sa carrière, comme le « Pathway » qui prépare les diplômés de MBA à des postes de responsables, de directeur général, ou de vice –président. « Ils arrivent à plusieurs de la même promotion, c’est à dire avec un réseau déjà constitué ». Selon Miriam Park, embaucher des diplômés de MBA est donc une étape tout à fait naturelle dans le développement d’Amazon, l’entreprise souhaitant améliorer sa logistique et développer de nouveaux services via le recrutement d’analystes.

 

La solidité financière d’Amazon est un atout

Amazon a par ailleurs également ses fans comme Susan Cera, directrice chez Startus Admissions Counseling. Pour la spécialiste, l’un des gros points forts d’Amazon lorsqu’il s’agît d’attirer les étudiants, est que l’entreprise offre à la fois une mentalité de start-up en développant de nouveaux services en ligne, avec la sécurité offerte par la solidité de son activité en tant que multinationale. Ceci signifie qu’un jeune diplômé peut espérer y travailler suffisamment longtemps pour rembourser son emprunt étudiant.

« Amazon est toujours en train de se développer sur de nouveaux marchés, ce qui permet à un tout frais diplômé de MBA de découvrir l’entreprenariat dans un environnement sans risques, et en s’appuyant sur une infrastructure solide et des services support en place » ajoute Mme Cera. « La plupart des diplômés de MBA que nous conseillons ne voient pas seulement Amazon comme une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies. Ils sont conscients que le succès de cette entreprise repose aussi sur un excellent pilotage financier ».

2017 The Financial Times Ltd. Tous droits réservés.
Not to be redistributed, copied or modified in anyway. Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire

Besoin d'être guidé ?
Appelez-nous,
c'est pro et c'est gratuit !