CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

MBA à distance : une option de plus en plus sérieuse

MBA à distance : une option de plus en plus sérieuse

Jonathan Moules | 12/06/2017

Les nouvelles technologies ont transformé la manière dont les individus vivent et travaillent mais jusqu’à présent cela n’avait pas changé fondamentalement le marché du MBA. Malgré la digitalisation de plusieurs aspects de l’enseignement, sans compter la pléthore de MOOCS gratuits (Massive Online Open Courses), la plupart des personnes optant pour un MBA, cessent momentanément leur activité professionnelle afin de pouvoir étudier en présentiel sur un campus.

Mais les signes sont là et le MBA à distance pourrait très bientôt devenir l’option la plus populaire. Un nombre grandissant d’institutions de renom et d’étudiants s’intéressent à ces formations délivrées entièrement ou majoritairement via internet. La FOAD semble avoir atteint une forme de maturité.

Une demande supérieure à l’offre

L’an dernier, le Financial Times dans son classement annuel avait noté une légère mais néanmoins notable augmentation du nombre d’inscrits aux programmes de MBA online. La progression était de 7%  pour les 15 écoles inscrites dans le classement en 2016. En 2017, 20 programmes sont recensés, ce qui démontre l’intérêt croissant des écoles et universités de qualité pour ce type d’enseignement.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette évolution. Parmi ceux-ci : le renforcement des conditions d’octroi de visa au Royaume Uni, la volonté des écoles et universités de séduire au delà de leurs frontières, les progrès technologiques et pour finir la meilleure reconnaissance accordée à ces diplômes obtenus online.

Sur ce marché des MBA à distance, la demande et l’offre ont augmenté partout dans le monde mais pour raisons qui varient selon les pays, précise Matt Robb, directeur général à Parthenon-EY, une société de conseil dans le secteur de la formation. L’Australie a par exemple toujours eu un important marché de l’enseignement à distance parce que de nombreux australiens vivent et étudient dans des endroits assez reculés (…). Au Royaume Uni, les cours à distance sont devenus un moyen pour les écoles de commerce d’atteindre des étudiants d’autres continents n’ayant pas la capacité de venir étudier sur le sol britannique du fait des conditions de visa plus strictes et des coûts financiers. 

« Quelque soit l’endroit du monde où vous regardez ou presque, la demande des étudiants pour des formations online est supérieure à l’offre existante», indique Mr Robb. « La question n’est pas de savoir s’il y a un marché mais si l’offre est suffisante ».

Un autre facteur important dans l’évolution des MBA à distance est que les écoles utilisent la technologie de manière plus sophistiquée qu’avant. Nombreuses sont les institutions à segmenter les cours en petites vidéos et à rendre les cours interactifs de manière à ce que les élèves puissent poser des questions. «Personne ne va rester une heure devant un cours online donc il faut fragmenter », précise Mr Robb.

Des studios vidéo à la pointe 

Les écoles en tête des classements internationaux découvrent que l’éducation à distance a le potentiel de les aider à étendre leur marque plus surement que les cours en présentiel sur les campus. Warwick Business School au Royaume Uni accueille 1200 personnes majoritairement en provenance d’autres pays dans son MBA online, un chiffre à comparer avec les 75 participants de son programme de MBA en présentiel.

L’école s’est dotée de deux studios sur le campus afin de pouvoir créer elle-même son contenu digital. La simulation d’une salle de marché en vidéo illustre bien la manière dont elle a développé ses nouveaux modèles d’enseignement. Son équipe de production va à la rencontre d’entreprises et réalise de courts documentaires auxquels les étudiants accèdent en streaming. « De plus en plus de personnes sont habituées à être en ligne et s’attendent à être formées de cette manière », avance John Colley, doyen associé en charge du MBA de Warwick.

« La flexibilité qu’autorise un MBA online le rend attractif pour une génération qui court après le temps et occupe des postes très exigeants dans leurs entreprises. Vous pouvez intégrer un MBA online dans une vie déjà bien remplie », ajoute-t-il.

L’Imperial College Business School de Londres a lancé son Online Global MBA (GMBA) en janvier 2015. Aujourd’hui avec 220 étudiants inscrits, c’est le programme le plus important en taille de la capitale britannique. David Lefevre, directeur de l’Imperial Edtech Lab assure que la plupart des étudiants du GMBA n’étaient pas intéressés par un MBA conventionnel. « Pour ces étudiants, l’approche hybride est totalement naturelle. En fait, c’est la valeur d’un MBA 100 % présentiel qu’ils auraient tendance à questionner».

 Le paradoxe des écoles espagnoles

 Malgré cette forte croissance du marché online, une certaine dichotomie demeure.  Les écoles hésitent à enseigner totalement à distance et continuent d’essayer d’attirer les étudiants sur les campus. En Espagne, l’IE Business School fait la promotion des technologies utilisées sur son campus madrilène comme la WOW Room (Window on the World) qui permet aux professeurs, grâce à 48 écrans de faire des cours interactifs online face à leur étudiants connectés à distance. L’école utilise du contenu digital pour enseigner à des étudiants de MBA depuis 15 ans et cela fait partie de l’expérience quand on choisit de venir étudier à l’IE, selon Jolanta Golanowska, directrice de l’innovation dans l’enseignement de l’école espagnole. Mais paradoxalement l’IE n’offre toujours pas de MBA 100 % à distance.

 « Nous croyons fermement qu’il y a un besoin que les participants se rencontrent physiquement », dit Mme Golanowska. « On ne fait pas un MBA simplement pour l’acquisition de connaissances, mais également pour progresser à titre personnel. Il faut se connecter avec les autres participants au programme. Si vous faîtes cela à distance et non dans une salle de classe, ces rencontres n’auront pas la même profondeur ».

 Autre école de commerce espagnole, l’Esade, classée par le Financial Times dans les vingt meilleurs programmes de MBA à temps plein du monde, n’a pas développé de MBA online, mais l’école utilise la technologie pour renforcer l’enseignement. Une vidéo pourra par exemple être préenregistrée par l’enseignant de manière à ce qu’une plus grande partie du cours soit consacrée aux discussions et à l’apprentissage en mode collectif.

 Si l’Esade n’offre pas d’enseignement 100 % à distance, elle vise néanmoins le marché de la formation continue et s’adresse clairement à des cadres qui travaillent et ont déjà une solide expérience professionnelle. Ces futurs participants ne pourraient pas envisager de venir étudier à Barcelone à plein temps.

 Paradoxalement l’Esade met l’accent sur l’importance de l’expérience en présentiel sur le campus. «Nous avons la chance d’être situés dans une ville, où les gens veulent venir », dit Jonathan Wareham, professeur en systèmes d’information. «Pour les cours que nous proposons sur le campus, la question n’est pas de savoir si nous devons les proposer online ou offline mais comment utiliser les technologies pour aider les étudiants à apprendre lorsqu’ils sont ici, à Barcelone».

 

Copyright The Financial Times Limited 2017

Not to be redistributed, copied or modified in anyway. Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire