CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Comment se former hors de son temps de travail ?

Comment se former hors de son temps de travail ?

Raphaelle Pienne | 15/02/2017

Vous souhaitez vous former pendant vos temps de repos ou vos jours de congés ? CursusPro fait le point sur la réglementation, les dispositifs de financement et les possibilités de formations qui s’offrent à vous.

Des vacances pour se reposer... mais aussi pour se former ! A l’heure où la formation tout au long de la vie est mise à l’honneur, se lancer dans une démarche de développement de ses compétences en dehors de ses heures de travail est tout à fait autorisé.

Mieux encore : des moyens de financements et des parcours de formation adaptés existent.

Quelles conditions pour se former en dehors de ses horaires de salarié ?

Si la loi mentionne la possibilité de pouvoir se former « hors temps de travail », elle ne définit néanmoins pas précisément à quoi ce temps fait référence.

Retenez néanmoins qu’en tant que salarié, vous avez parfaitement le droit de suivre une formation professionnelle à votre initiative pendant vos temps de congés ou de repos.

De nombreuses périodes peuvent ainsi être mises à profit : soirées ou week-end, congés payés, RTT, mais aussi congé sabbatique ou congé sans solde.

Le congé parental peut aussi être une opportunité de se former, sans que cela ne remette en cause son indemnisation. Il est en effet autorisé durant cette période de bénéficier d’une formation non rémunérée ou d’un bilan de compétences.

Dernier cas : l’arrêt de travail (pour cause d’accident du travail, de maladie professionnelle ou non professionnelle), pendant lequel vous avez le droit de suivre une action de formation professionnelle continue à la condition d’en avoir reçu l’autorisation de votre médecin traitant et de votre caisse d’assurance maladie.

Attention : si la formation hors temps de travail est effectuée à l’initiative de votre employeur, elle répond à des règles différentes (contraintes de durée, versement d’une allocation, exclusion des périodes de suspension du contrat de travail, etc.).

Financer sa formation hors temps de travail

Depuis la loi sur la formation du 24 novembre 2009, un dispositif de financement spécifique existe : la formation hors temps de travail (FHTT, aussi dénommée CIF-HTT).

Accessible à tout salarié justifiant d’une ancienneté d’au moins 12 mois dans son entreprise (salariés en CDI ou en cours de CDD), la FHTT permet de bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle des frais liés à sa formation (coûts pédagogiques et éventuellement frais de transport, d’hébergement et de restauration).   

La FHTT est destinée à financer des formations relativement longues (au minimum 120 heures), notamment dans le cadre d’un projet de reconversion professionnelle.

Comme pour le congé individuel de formation (CIF-CDI ou CIF-CDD), la cohérence du projet professionnel est essentielle pour l’obtention d’un financement par la FHTT.

Le dossier de demande doit être motivé et correspondre aux critères de priorités fixés par l’organisme financeur ( voir notre article « CIF : 10 choses à savoir pour obtenir un financement »).

Depuis le 1er janvier 2015, le compte personnel de formation (CPF) offre une seconde possibilité de financer une formation hors temps de travail.

Le montant du financement dépendra du nombre d’heures accumulées sur son compte personnel (plafond de 150 heures, ou de 400 heures pour les salariés peu qualifiés) et des critères de prises en charge de son organisme financeur (voir la liste de OPCA).

La formation choisie doit en outre être éligible au CPF.

Que vous fassiez appel au financement de la FHTT ou du CPF, sachez que vous ne percevrez ni rémunération ni allocation pour la durée où vous serez en formation (les horaires habituels de travail et le salaire perçu n’étant eux pas modifiés).

Dans le cas d’une formation hors temps de travail, vous n’êtes pas non plus tenu d’informer votre employeur de votre projet. Vous pourrez vous renseigner sur les possibilités de financement en contactant directement l’OPACIF ou le FONGECIF dont vous dépendez en tant que salarié.

Des parcours de formation adaptés

Les prestataires de formation ont su s’adapter aux contraintes des salariés souhaitant se former en dehors de leur temps de travail.

C’est le cas par exemple du Centre national des arts et métiers (Cnam), mais aussi des services de formation continue de certaines universités ou écoles de commerce.

Ces organismes peuvent ainsi vous proposer des formations à temps partiel, avec des journées bloquées (à faire en congé ou en RTT) ou en cours du soir. Certains ont aussi mis en place des unités capitalisables, permettant l’obtention d’un diplôme ou d’une certification.

Les formations proposées en FOAD (Formation ouverte et à distance) sont aussi de plus en plus nombreuses.

Parmi les institutions de référence, proposant notamment des parcours débouchant sur des diplômes, on peut par exemple citer le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED), Eduter-CNPR (centre de formation à distance du ministère de l’agriculture) ou la Fédération Interuniversitaire de l’Enseignement à Distance (FIED).

Notez enfin qu’il existe une grande variété de MOOC (massive open online courses). Entièrement en ligne, ces cours offrent l’avantage d’être gratuits (hors obtention d’un certificat d’assiduité, qui peut être payant) et d’un format assez court.

Ils n’offrent en revanche pas de possibilités d’obtention de diplôme, sauf exceptions.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire